GT386 : la future puce x86 de NVIDIA

Mercredi 1 avril 2009 à 10:31

Cliquer ici pour agrandir
Le die du GT386

Comme le laissaient supposer un certain nombre de rumeurs, NVIDIA a bel et bien un processeur x86 dans ses cartons. Nous en apprenons aujourd’hui un peu plus sur cette puce.

500 millions de transistors gravés en 45nm

Baptisé GT386 (probablement pour rappeler sa compatibilité x86), ce processeur gravé en 45 nm possède plus de 500 millions de transistors pour un die d’environ 280 mm². Si la compatibilité x86 est assurée, ce n’est en revanche pas le cas au niveau du socket utilisé. En effet, le GT386 ne devrait pas être compatible avec les sockets qu’utilisent actuellement AMD ou Intel pour leurs propres processeurs, probablement pour un problème de licences. Ce processeur devrait donc au passage inaugurer un nouveau socket, le LGA 1006.

NVP, JITS, ...

Mais la principale nouveauté introduite par ce processeur est à chercher ailleurs. NVIDIA a en effet réutilisé certaines technologies utilisées dans ses chipsets graphiques pour mettre au point le GT386. Ainsi, au lieu de un ou plusieurs cores massifs, le constructeur a mis au point des mini-unités de calcul et de traitement (l’équivalent des Stream Processors des chipsets graphiques, bien que leur fonctionnement soit sensiblement différent), disposant chacune de leurs propres registres et de leur mémoire cache L1 : les Nanoscalar Vector Processors.

Extrêmement spécialisés et nombreux, ces NVP sont dirigés par un ordonnanceur, le JITS (Just In Time Scheduler). Ce dernier se charge de décoder les instructions x86 CISC et d’attribuer les différentes micro-instructions RISC aux différents NVP. Cette architecture massivement parallèle devrait donc permettre au GT386 d’afficher une puissance de calcul brute très élevée. Autre avantage, le micro-code du JITS et des NVP pourront être mis à jour afin d’améliorer leurs performances. L’opération est annoncée comme « aussi simple que de mettre à jour le BIOS d’une carte mère ».

Qui a une licence x86 ?
Reste to^^^^ois un obstacle de taille à la commercialisation de cette puce : la licence x86. Celle que possède d’ores et déjà NVIDIA ne lui permet pas de vendre des processeurs x86, mais uniquement des puces SoC (System On a Chip). S’il compte un jour vendre des GT386, NVIDIA va donc devoir mettre un gros paquet de dollars sur la table pour racheter l’une des rares sociétés détentrice d’une telle licence. Au hasard, VIA ?

source : http://www.presence-pc.com/actualite...A-GT386-34318/