5,2 millions de téléphones portables ont été vendus en 2007 en Algérie, soit une progression de +13% par rapport à 2006, selon une récente étude menée par le groupe international GFK. Comparativement aux pays du Maghreb, on constate que l’Algérie est en tête, la Tunisie ayant vendu 1,8 million et le Maroc 3,8 millions. Le marché représente un chiffre d’affaires de 600 millions de dollars, sachant que le prix moyen d’un mobile est passé de 109 dollars en 2006 à 115 dollars en 2007. Au Maroc, le prix de vente est subventionné par les opérateurs, alors qu’en Tunisie et en Algérie, les opérateurs se bornent à vendre leur service. Même s’ils sont indicateurs d’une certaine tendance, les chiffres avancés restent néanmoins relatifs puisqu’ils ne prennent pas en considération le marché informel. Ces résultats confirment la position de l’Algérie comme le plus grand marché de la téléphonie mobile vu la forte consommation de la population.

Comme cela a été vu dans les marchés européens, le marché algérien arrive progressivement à saturation. Au départ, les clients demandaient des modèles entrée de gamme : des téléphones juste pour appeler. En général, le deuxième téléphone n’est plus un téléphone basique, ils cherchent une caméra, de la musique, voire des fonctions supplémentaires. En une dizaine d’années, le téléphone portable est devenu un véritable phénomène de société. Dans un entretien au Journal des Télécoms, Boudjemaâ Haïchour, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a affirmé : « L’Algérie, à la faveur de l’ouverture de son marché de la téléphonie à la concurrence, a réalisé des taux de croissance exceptionnels, aussi bien en termes de développement du réseau qu’en termes d’abonnés. Dans ce paysage, la téléphonie mobile constitue le segment d’activité qui a connu une profonde métamorphose. En effet, grâce à la concurrence saine et loyale que se livrent les trois opérateurs, sous l’œil vigilant de l’Autorité de régulation, nous enregistrons un taux de pénétration extrêmement important de la téléphonie mobile (de 54 000 abonnés en 2000 à 28 000 000 à fin 2007). »

Source: El Watan