Trafic routier en temps-réel sur Google Maps !

Publié le 28 août 2009

Google lance un service d'évaluation du trafic routier gratuit, sur la base du volontariat...

Cliquer ici pour agrandir

Avoir un aperçu temps-réel du trafic routier, voilà une fonction intéressante pour l'application Google Maps for MobileCliquer ici pour agrandir. Malheureusement, cette nouvelle option n'est pour le moment disponible qu'aux Etats-Unis. Mais intéressons nous à la technologie utilisée qui met à profit les smartphones des utilisateurs. En effet, afin d'affiner les informations sur le trafic routier qu'il diffuse, Google utilise les données transmises par les téléphones mobiles afin d'évaluer la formation de bouchons, leur longueur, etc.

C'est ainsi un véritable réseau de capteurs formé par les portables équipés de Google Maps et d'un GPS qui permet à Google de proposer un service réactualité en permanence et d'une précision visiblement remarquable si l'on en croit les premiers retours utilisateurs. De plus, le système est entièrement gratuit et accessible à tous les utilisateurs de Google Maps.

Un GPS gratuit qui permet d'éviter les bouchons
Chez Google France, on explique que si ce service n'est pas encore disponible dans notre pays, c'est parce qu'il faut atteindre une taille critique d'utilisateurs pour que les données collectées soient utilisables. Plus de participants il y a, plus les données transmises sont fiables. Et Google France espère qu'avec l'essor des forfaits data-illimité et des smartphones, il pourra également lancer ce genre de services sur le modèle de sa maison mère américaine.

Reste le problème de la sécurité, posé par beaucoup d'internautes alors que sont analysées les données transmises par leur téléphone portable. Google rassure sur ce point, indiquant n'intercepter aucune information privée, mais simplement le signal des mobiles et leur vitesse de déplacement. De plus, les données sont effacées à intervalles réguliers, plusieurs fois dans la journée. To^^^^ois, pour se prémunir d'éventuelles attaques auxquelles est habitué Google, le géant a précisé qu'une procédure existe en ligne pour quiconque ne souhaite pas contribuer au service.

source