Le patronat refuse que la levée des contraintes liées à la mobilisation des crédits documentaires « soit transférée à l'appréciation des banques ». C'est ce qu'a déclaré hier Mohand Saïd Naït Abdelaziz, président de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA). Joint par téléphone, il estime que cette formule « est de nature à créer des passe-droits et générer des traitements injustes et sélectifs ». Car d'après lui, ce seront les PME qui subiront, comme à l'accoutumée, le diktat des banquiers.
Les décisions (...) - 2009-09-11 / 01. Actualité, Une

Lire la suite ...