Avec 127 annonceurs en 2009 contre 59 en 2008, l’Investissement
publicitaire sur Internet (IPI dans le jargon
du métier) poursuit sa croissance, atteignant 151 millions
de dinars, sans to****ois atteindre les chiffres record de
2008. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude
menée par la société Med & Com. La première régie publicitaire
on-line entreprend chaque année depuis quatre
ans une étude sur l’avancée de ce type d’investissement
en Algérie. En 2008, on apprenait ainsi que les 59 annonceurs
et les 141 campagnes publicitaires recensées durant
l’année ont représenté 80 millions de dinars d’investissements
publicitaires, soit déjà une évolution de près de
300% par rapport à l’année 2007 (l’IPI annuel de 2007
était estimé à 22 millions de dinars). L’étude 2009 a été
menée durant un an sur 60 sites Internet algériens. Vu que
60% des internautes lisent quotidiennement la presse en
ligne, les annonceurs se sont d’abord basés sur le trafic et
la notoriété des sites de presse (El Watan, El Khabar,
Echourrouk, Dzfoot…) qui ont attiré 37% des investissements
(soit 56 millions de dinars). Les sites consacrés à
l’automobile (comme Autoalgérie) prennent la
deuxième position avec 23
millions de dinars, suivis
des sites «jeunesse
et loisirs» (Kherdja,
Dzmusique…) avec
22 millions de dinars.
Curieusement, le sport n’attire que 19 millions de
dinars.
La palme des investissements les plus importants revient
au secteur automobile – avec 42 millions de dinars
– Renault en tête avec 17 millions de dinars, suivi de Kia
avec 5 millions de dinars). Derrière Renault, on trouve
Mobilis, Aigle Azur et Cevital. Djezzy, qui tenait la première
place l’an dernier, se retrouve 10e en 2009 avec 4,5
millions de dinars injectés. Les campagnes publicitaires
ne sont pas en reste puisqu’elles aussi connaissent une
progression (169 contre 141).Quand on sait qu’il existe 5
millions d’internautes en Algérie et que 70% d’entre eux
ont moins de 40 ans, il y a fort à parier que la courbe des
investissements poursuivra sa trajectoire ascendante, les
annonceurs du pays ayant trouvé un nouveau média, globalement
moins coûteux que le papier et l’audiovisuel (le
coût moyen par campagne est de l’ordre de 900 000 DA),
plus flexible et permettant un ciblage plus précis.
Depuis 2009, Internet est le troisième support publicitaire
derrière la presse et la télévision dans le monde.
Yasmine Bouchène

EL Watan page 17