Actualité (Samedi 03 Mai 2008)
Parmi eux des retraités et des élèves
Déjà 33 suicides en 2008

Cliquer ici pour agrandir

Ce qui est déroutant dans le bilan rendu public par la Gendarmerie nationale est la comptabilisation de deux cas de retraités qui se sont donné la mort et que, pour la première fois, l’on évoque deux tentatives de suicide de deux élèves.

Dans son dernier bilan trimestriel d’activités, les services de la Gendarmerie nationale tirent la sonnette d’alarme quant à la montée du nombre de suicides et de tentatives de suicide durant le 1er trimestre écoulé.
En effet, les services compétents de la gendarmerie font état de 33 cas de suicide et un total de 48 tentatives de suicide au cours de la période allant du 1er janvier au 31 mars de l’année en cours. Ces chiffres macabres indiquent clairement mais malheureusement une ascension fulgurante du fléau du suicide en Algérie. Quelles en sont les causes ? Quelle catégorie d’âge est la plus touchée par cette aventure sinistre ?

La cellule de communication du commandement de la Gendarmerie nationale a situé les raisons qui sont à l’origine de cet acte suicidaire. En effet, on s’aperçoit à travers le document parvenu à la rédaction que le groupe d’âge de 18 à 30 ans tient la palme en matière de suicide ou de tentative de suicide, soit 17 cas pour le premier et 27 pour le second. Quant à ceux âgés entre 30 et 45 ans, on cite 10 suicides et 9 tentatives.
Cette catégorie d’âge reste, de l’avis des sociologues, la plus vulnérable à de tels actes, pour des raisons purement socioéconomiques. D’ailleurs, dans le bilan circonstancié en question, la gendarmerie avance 3 cas de suicide en raison de leur situation sociale dite précaire.

Ce qui est encore déroutant dans ce bilan rendu public, c’est la comptabilisation de deux cas de retraités qui se sont donné la mort. On s’interroge sur la cause de leur acte, du moment qu’il s’agit d’une catégorie de personnes dont l’âge dépasse largement la soixantaine d’années. Pourquoi ? Ainsi, pour la première fois, on évoque deux tentatives de suicide de deux élèves. Pourquoi ? Là aussi, les sociologues et autres experts ont du pain sur la planche pour apporter des réponses à ces tentatives.

Dans l’énumération des professions concernées par cet acte aussi bien la religion que la raison récusent, les services de la gendarmerie relèvent clairement que les couches des sans profession ont été touchées par un total de 24 suicides et de 42 tentatives, suivies de 5 fonctionnaires qui se sont donné la mort et 3 autres ont tenté de le faire. À la lecture du tableau en question, on met systématiquement en avant les raisons socioéconomiques qui restent les plus plausibles pour recourir un tel comportement. Parmi les causes avancées par la Gendarmerie nationale figure en premier lieu la raison de maladie mentale avec 12 suicides et 7 tentatives. S’ensuit la dépression nerveuse avec 3 cas et 5 tentatives.
Les problèmes familiaux occupent, quant à eux, la troisième place avec 2 cas et 27 tentatives. Ce bilan dénote tout simplement que le phénomène prend de l’ampleur d’année en année. La wilaya de Béjaïa demeure en tête de liste des bilans du suicide.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=93875