Le président de l’Association des fournisseurs d’accès algériens à Internet (AAFSI), Ali Kahlane, a foi dans l’avenir de l’Internet en Algérie et l’a dit dans un entretien accordé à l’hebdomadaire les Afriques.[/B]

Ali Kahlane s’est attardé sur la contradiction frappante entre le potentiel de progrès de l’Internet et le fait insolite que le pays ne compte plus aujourd’hui qu’un seul fournisseur ADSL, Algérie Télécom, Eepad ne donnant plus signe de vie pour ses 35.000 abonnés depuis plusieurs mois.

Pour Ali Kahlane, la situation est conjoncturelle et découle d’une histoire du haut-débit où le politique – le ministre des TIC en l’occurrence – était pressé à l’époque de lancer l’ADSL en Algérie.

C’était en 2003 et l’on a voulu lancer l’ADSL «à n’importe quel prix», explique-t-il.

Lire la suite ...