Google doit avoir mis l'accent sur la collaboration et la performance avec la nouvelle version de sa suite bureautique en ligne Google Docs, présentée hier

Collaboration tout d'abord avec une nouvelle version du traitement de texte qui intègre un module de messagerie instantanée et un système de modification en temps réel. Deux fonctions qui étaient déjà présentes dans le tableur et qui permettent de travailler à plusieurs (jusqu'à 50 personnes) sur un document pour le modifier au fur et à mesure, sans avoir à jongler avec différentes versions.

Google a également ajouté de nouveaux outils d'édition comme les marges réelles et les taquets de tabulation ainsi qu'une disposition plus efficace des images.

Arrivée d'un éditeur de dessins

Le tableur a lui été amélioré au niveau de la performance et de la vitesse d'exécution. Cette nouvelle version apporte une barre de formule, qui permet d'afficher et de modifier de longues formules sur une seule ligne, la saisie automatique pour dupliquer rapidement une cellule et aussi la possibilité de déplacer les colonnes par glisser/déposer.

Troisième nouveauté, l'arrivée d'un éditeur de dessins lui aussi mis à la sauce collaborative. L'utilisateur pourra éditer des diagrammes, graphiques et autres croquis, travailler à plusieurs en temps réel et les insérer dans d'autres documents.

Abandon provisoire du mode hors connexion

Dernier changement de taille : la nouvelle version de la suite n'est pas compatible avec Gears, l'outil qui permet l'accès hors ligne à Google Docs ; cette fonction disparaîtra à partir du 3 mai. La firme de Mountain View précise qu'elle compte bien proposer à nouveau un mode hors ligne en tirant parti de nouveaux standards tels qu'HTML5. A noter que le mode hors ligne restera disponible pour Gmail et Agenda.

Ces nouvelles moutures de Docs seront d'abord proposées en préversion pour essai avant leur introduction définitive. Celle du tableur est déjà disponible en français, de même que l'éditeur de dessins ; le traitement de texte devrait arriver sous peu.



Lire la suite ...