Cliquer ici pour agrandir

*

Le géant américain du Web prépare un système pour imprimer... sans imprimante.

Si vous utilisez votre téléphone mobile comme un ordinateur, c’est-à-dire pour lire et rédiger des documents, vous avez sans doute déjà été confronté à un problème tout bête*: il est - quasiment - impossible d’imprimer un texte directement depuis un mobile. C’est la même chose avec les ordinateurs-tablettes, ces joujoux qui devraient prochainement se généraliser.

En effet, pour effectuer une impression papier, il faut que l’appareil électronique soit relié à l’imprimante (par câble ou en wifi) et surtout il faut un précieux petit logiciel appelé «*pilote*» (en anglais «*driver*») qui connaisse votre imprimante.

Aussi, avec la multiplication des terminaux informatiques de toutes sortes, Google réfléchit à une solution. Cette solution serait de passer par le «*nuage*». Non pas celui du volcan islandais mais le nuage informatique, ce que l’on appelle le «*cloud*», c’est-à-dire les milliers de serveurs informatiques répartis dans le monde entier.

Imprimer via le nuage, le principe est simple*: au lieu d’envoyer votre document vers une imprimante locale, vous l’envoyez vers une imprimante virtuelle sur Internet puis ce document redescend vers la première imprimante réelle qui lui tombe sous la main. Plus besoin de connexion directe. Si vous êtes chez vous ou au bureau, le texte est envoyé sur l’imprimante la plus proche. Si vous êtes à dans un aéroport ou à l’hôtel, le précieux document peut être envoyé vers une imprimante que vous aurez repéré à l’avance et dont vous aurez indiqué les coordonnées.

En fait, ce serait comme envoyer un document par courrier électronique sauf qu’il arriverait sur une imprimante.

Baptisée "Google Cloud Print", cette solution imaginée par le géant américain est cependant toute théorique car encore faudrait-il que que les fabricants d’imprimantes l’adoptent et rendent leurs imprimantes compatibles.

Enfin, autre soucis et non des moindres*: les utilisateurs, notamment professionnels, accepteront-ils de faire transiter leurs précieux documents de travail via des serveurs appartenant au tout puissant Google avec les risques que l’on imagine en terme de confidentialité.

Plus de precisions*: ici (en anglais)

*

Cliquer ici pour agrandir



Lire la suite ...