Installation d’un observatoire de la société de l’information
Haichour l’a annoncé lors de la réunion des cadres du secteur

vendredi 28 décembre 2007

L’ouverture du capital d’Algérie Télécom qui attend depuis deux ans le feu vert du chef du gouvernement a été relancée, a annoncé le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Boudjemaâ Haichour, lors de sa réunion, la semaine dernière, avec les cadres de son secteur.

Cliquer ici pour agrandir
Boudjemaa Haichour
Boudjemaa Haïchour, Ministre des PTIC

Cette décision prise sur instruction du Chef du gouvernement vient ainsi dépoussiérer ce dossier, dont le rapport portant sur les modalités d’ouverture a été finalisé et déposé au niveau de la chefferie du gouvernement à la fin de l’an 2005. Il reste que les données contenues dans le premier rapport de la banque d’affaires espagnole, Santander, qui a envisagé plusieurs scénaris relatifs à la hauteur de participation au capital est dépassé par les nouvelles évolutions non seulement qu’a connues le groupe Algérie Télécom depuis mais aussi le monde. A cet effet, le ministère a rappelé la banque ^^^^^der pour reprendre en main le dossier et apporter de nouveaux éléments d’appréciation, autrement dit l’actualiser et le « mûrir ». Soutenant que cette nouvelle étude ne dépassera pas le premier trimestre 2008, Haichour assure que la banque espagnole ne recevra pas de rémunération supplémentaire puisqu’il s’agit de prorogation de délais. Les bienfaits de cette opération d’ouverture du capital d’Algérie Télécom qui intéresse, selon le sondage de Santander, une quarantaine de grands opérateurs internationaux de la téléphonie, le ministre les situe dans l’accroissement de la compétitivité de l’entreprise à l’échelle régionale et mondiale, le renforcement de l’infrastructure de base, le développement des nouvelles qualifications et l’introduction de nouvelles techniques de management et de marketing.

Départ précipité de Belhamdi
La réunion des cadres du secteur des télécoms organisée au niveau de l’hôtel Sheraton a été, par ailleurs, l’occasion pour la presse nationale pour aborder avec le ministre le départ « précipité » du P-DG de la filiale mobile d’Algérie Télécom. Balayant les allégations des uns et des autres sur les raisons de cette « démission », Haichour affirme qu’il s’agit plutôt d’un départ à la retraite sur la demande du concerné. De son avis, le départ de Belhamdi, approuvé par l’assemblée générale de Mobilis s’est fait sur la demande de ce dernier qui a émis le souhait, depuis six mois déjà, à ce qu’il soit déchargé de sa responsabilité et ce, explique-t-il, pour des raisons personnelles qui n’ont rien à avoir avec sa gestion. Ne soufflant mot sur l’identité du successeur, Haichour indique que c’est à l’AG, qui demeure ouverte, de désigner un nouveau P-DG qui sera, rassure-t-il encore, « un cadre du secteur ». A propos du passage du deuxième opérateurs de la téléphonie fixe, Lacom, sous une nouvelle tutelle d’un consortium palestino-jordanien, l’autre sujet d’actualité, le ministre ne voit aucun inconvénient à partir du moment où les choses se font légalement et sous la coupe de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT). Sur la plus value que l’Etat peut en tirer de pareille transaction, il déclare faire confiance à l’ARPT qui a en charge le dossier. Il ajoute que le réseau national de transmission est constitué de pres de 73.000 km de liens en fibre optique et en faisceaux hertziens complètement numérisés couvrant la totalité du territoire national.

2008, l’année de la technologie large bande
Au-delà de ces sujets qui ont constitué l’essentiel de la rencontre des cadres, le ministre a également, dans un long discours lu à l’occasion, exposé les grandes lignes de son secteur qui a enregistré à la fin septembre 260 milliards de dinars contre 29,3 milliards en 2000. Se félicitant de la télédensité de la téléphonie mobile qui demeure l’activité la plus rentable du secteur, il révèlera le montant de son important apport. Rien que pour la publicité à titre d’exemple, selon le ministre « 32 millions d’euros ont été investi » qui fait des trois opérateurs du mobile les premiers annonceurs algériens. Au profit de ces derniers, il fera savoir que son département s’apprête à préparer le dossier d’appel d’offres de la troisième génération (3G) du mobile qui devrait fixer les modalités et les conditions de paiement des licences, les obligations de couverture territoriale et les bandes de fréquences. En matière de services d’accès à Internet, le ministre annonce pour les 04 millions d’internautes algériens que l’année 2008 sera celle de la technologie large bande qui enregistre déjà 40.000 accès en WiFi et 100.000 accès en WiMax. L’objectif du ministère pour le nouvel an est ainsi axé, en premier lieu, sur la densification de l’infrastructure des télécommunications pour, dit-on, arriver en 2025 à une télédensité de 130%. Pour ce faire, il est question notamment d’actualisation du cadre juridique, de la numérisation des 16 stations terriennes de types analogiques, la construction d’une liaison fibre optique Oran-Espagne pour sécuriser la transmission à l’international et la réalisation de l’autre réseau Alger-Zinder-Abuja.

Projets structurants
Enfin, Haichour, dans son long discours qui ressemblait à un bilan parle de la e-Commission, crée en 1994 et est chargé de la promotion de l’économie du savoir. Et dans ce cadre là Haichour parle de l’e-ecole, de la e-commune et surtout de l’observatoire de la société d’information même s’il ne donne pas son emplacement, ni la composition de ses membres. Concernant l’opération Ousratic, qui n’a pas donnée, même si il y a eu de réduction de la TVA passant à7% et une bonification de 2 points pour les taux d’intérêts bancaires. Le citoyen ne se retrouve pas entre les prix d’Ousratic qu’ils jugent « élevés » et les prix de la boutique du coin qui est « accessible et sans intérêts ». D’ailleurs dans ce cadre là, on estime à quelque 200.000 à 230.000 machines -toutes confondus : Ousratic et hors Ousratic- vendues à novembre 2007. C’est très peu pour une population de 34 millions. Ce chiffre à lui tout seul démontre le peu d’intérêt du citoyen pour l’informatique et plus loin de la société du savoir mais aussi ce chiffre démontre que les entreprises sont loin de « la numérisation ». Mais le ministre reste optimiste et parle de la mise à niveau du cadre juridique actuel, afin de booster davantage la croissance du segment même s’il ignore sa part dans le PNB. Concernant le service universelle, qui est gérer par l’Arpt, le ministre parle de raccordement aux agglomération de 800 à 2000 habitants, sans donner plus d’information.

La poste
Enfin, concernant les services postaux, d’ici 2009, il est prévu la construction de 60 nouveaux bureaux postaux, la rénovation de 220 autre, l’installation de 650 systèmes de paiement de masse, 400 guichets automatiques de billets, 3000 terminaux de paiement électronique, 1000 bornes multimédias et 4000 lecteurs de cartes à puce.

Technologie spatiale
Dans les technologies spatiales, l’heure est à la concrétisation du programme national qui porte notamment sur la réalisation du centre de développement des satellites d’Oran, la réalisation et le lancement d’ALSAT-1B attendu en 2009, le lancement de ALSAT-2A pour le 2e semestre 2008 et de ALSAT-2B à la fin 2009 ainsi que la mise en orbite d’un satellite de télécommunications ALCOMSAT-1 en 2010.

source : http://www.itmag-dz.com/spip.php?article898