Programme présidentiel de 1 million de logements

Moussa : « Il sera livré dans les délais »

vendredi 6 juin 2008.

A propos de la décision de la direction du FNPOS d’augmenter les prix de ses logements de 18 000 à 25 000 DA le mètre carré, le ministre s’est montré compréhensif vis-à-vis de cette décision.

Venu prendre part à la clôture du séminaire international sur la réhabilitation et la requalification du patrimoine bâti, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa, a répondu aux questions des journalistes à l’occasion d’une rencontre organisée par le quotidien An-Nasr. Pour le programme de 1 million de logements, la nouvelle loi sur les constructions non achevées, les logements inoccupés, le patrimoine ancien et la crise des matériaux de construction, Noureddine Moussa a tenté d’apporter des réponses à toutes ces questions. Concernant le programme présidentiel de 1 million de logements, il a déclaré qu’un bilan établi au 31 mars 2008 a fait ressortir que 460 000 unités ont été attribuées jusque-là alors que 544 000 unités sont en cours de réalisation à des taux d’avancement variant entre 10 et 70%. Il s’est voulu rassurant à la question de savoir si les retards accumulés n’inquiètent pas le gouvernement, compte tenu du temps qui reste (moins de 2 ans), en affirmant que tous les chantiers ont dépassé la période longue et contraignante des procédures administratives. A une question d’El Watan concernant la confusion entre le ministère de l’Habitat et celui de la Culture quand il s’agit d’intervenir sur le patrimoine bâti, il a répondu qu’au contraire, les deux départements agissent en complémentarité selon les lois de la République, tout en soulignant que « la problématique de la gestion du patrimoine ancien est une problématique nationale. 90% du parc est privé et l’Etat ne gère à travers le pays que 10% des constructions qui sont généralement nouvelles ». Selon lui, le citoyen et la société civile doivent s’impliquer dans la préservation de ce patrimoine, car le citoyen est d’abord l’objectif puisqu’il s’agit de l’amélioration de son cadre de vie et ensuite le moteur de toute action de réhabilitation. A propos de la décision de la direction du FNPOS d’augmenter les prix de ses logements de 18 000 à 25 000 DA le mètre carré, le ministre s’est montré compréhensif vis-à-vis de cette décision en déclarant : « On ne va pas demander au FNPOS de faire des déficits pour donner des logements à des prix qui ne sont pas ceux du marché. Je pense que le fonds a fait une péréquation à l’intérieur des wilayas pour pouvoir donner des logements à des prix équitables partout, parce que dans la même wilaya, quelquefois, vous allez trouver des logements construits à 30 000 DA et d’autres peut-être à 20 000 DA, selon un certain nombre de facteurs et 25 000 DA est un prix, croyez- moi, tout à fait juste et le FNPOS ne fait pas de bénéfices. »

source : El Watan

source : http://algerie.actudz.com/article2296.html