Le groupe de hackers LulzSec n'a pas fini de faire parler de lui. Après Sony et Nintendo, l'organisation s'est attaquée à un site affilié au FBI, Infragard, dévoilant au passage des informations confidentielles concernant la cyber-guerre contre la Lybie.


Cliquer ici pour agrandir
Ayant fait l'objet de toutes les attentions ces derniers jours avec la récupération d'un million de données personnelles de Sony Pictures par simple injection SQL et la divulgation du serveur Web Apache de Nintendo, le groupe de hackers LulzSec fait une nouvelle fois parler de lui.

En effet, l'organisation de pirates informatiques vient de s'attaquer à un site affilié au FBI ( Federal Bureau of Investigation ) nommé Infragard. Cette société sert d'interface entre le service fédéral américain et des sociétés privées, dans le cadre d'accords d'échanges d'informations.

LulzSec a pris pour cible le responsable d'Infragard, Karim Hijazi, récupérant et publiant au passage l'ensemble de ses emails personnels et professionnels, ainsi que le contenu du site et serveurs ( ainsi que celui d'Unveillance, sa société de sécurité informatique ). Le groupe a tenté d'extorquer Hijazi, selon les propos de la lettre publiée.

Cette attaque a to^^^^ois mis le doigt sur des informations surprenantes. Les emails de la société Unveillance font cas d'une implication du gouvernement américain dans l'infiltration des réseaux Internet lybiens via des « botnets » ( ordinateurs esclaves destinés à attaquer anonymement des cibles ). Cette opération, officielle selon une analyse de l'état de l'Internet lybien pendant les conflits, aurait eu pour objectif de récupérer et détourner des informations.

Les informations démontrent donc le déploiement de moyens du gouvernement américain pour mener sa propre cyber-guerre. Selon le message laissé par le collectif de hackers LulzSec, c'est le PDG d'Infragard qui l'aurait contacté dans l'optique de mener des actions malveillantes auprès de ses concurrents.


source