ALGERIE Pays des paradoxes. Un vendeur de limonade peut du jour au lendemain se reconvertir en magnat de l'audio visuel
L’ouverture des médias audiovisuels au privé est acquise. Le gouvernement va prochainement mettre fin à un monopole qui durait depuis l’indépendance. Mais pour l’heure, les modalités de cette « ouverture » restent très floues. Le dernier conseil des ministres a annoncé la promulgation d’une « loi spécifique », mais sans indiquer ne serait‑ce que quelques grandes lignes de ses intentions.
Nacer Mehal, ministre de la Communication, a simplement précisé, cité par le quotidien El Khabar, ce lundi 19 septembre, que les premières chaînes de télévision verraient le jour « en 2012 ». Il a ajouté que le gouvernement allait faire appel à Rachid Arhab, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel français, pour l’élaboration du cahier des charges des futures chaînes de télévision. Malgré ces incertitudes, plusieurs candidatures se sont déjà déclarées pour la création de nouvelles chaînes. Des journaux, comme El Watan, El Khabar, Echourouk et L’Expression, mais aussi des groupes déjà présents dans le secteur de la presse, comme Cevital (Liberté) ou ETRHB (Le Temps), ainsi que des économistes, ont annoncé des projets.