Issad Rebrab à Liberté

“Nous envisageons d’exporter pour 35 milliards de dollars en 2025”

Le Groupe Cevital est passé en 1999 de 782 employés à 7 500 actuellement. À l’horizon 2012, les effectifs prévus seront de 25 000 travailleurs. Un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars est escompté. Des chiffres appelés à être revus à la hausse.

Liberté : Pourquoi le choix de Cevital s’est porté sur Volvo ?
Un des éléments de notre réussite, c’est de choisir toujours les meilleurs mondiaux, chacun dans sa spécialité. C’est ainsi que dans le secteur des équipements des travaux publics, nous avons choisi Volvo qui est le leader européen et parmi les plus grands dans le monde. Aujourd’hui, l’Algérie est un grand chantier. L’autoroute Est-Ouest, l’autoroute des Hauts-Plateaux, notre projet de réaliser l’un des plus grands ports de la Méditerranée et qui sera parmi les dix plus grands dans le monde sont autant de facteurs nécessitant des équipements de qualité à même de répondre aux exigences et normes. La démonstration, effectuée sous nos yeux, est assez claire pour dire que ce sont des équipements de cette qualité qu’il nous faut. Je ne vous cache pas qu’à la Foire d’Alger, on a pu, avec la société Volvo, vendre en trois jours quatre engins. À Cevital, on a toujours priorisé la qualité, que ce soit dans l’agroalimentaire, l’automobile, l’industriel ou les équipements de travaux publics.

M. Rebrab, on vous a entendu tout à l’heure parler de la réalisation d’une grande usine d’aluminium. Peut-on avoir de plus amples informations ?
C’est un projet d’investissement qui dépasse 10 milliards de dollars. Nous comptons réaliser avec le numéro un mondial de l’aluminium Rio Tinto Alcan une usine de production de ce métal. C’est un groupe australien spécialisé dans la transformation de la bauxite et dont le siège se trouve à Londres. Le projet consiste en la réalisation du plus grand complexe d’aluminium au monde avec une capacité de production de 1,5 million de tonnes/an. Dans un premier temps, l’usine produira 760 000 tonnes et dans une deuxième période, l’usine tournera à plein rendement. Notre objectif, c’est surtout de faire dans la transformation. C’est-à-dire de l’aluminium brut au produit fini. En d’autres termes, nous produirons des tôles, des lingots, des profilés. Tout ça en aluminium. On pourra même fabriquer des jantes, des blocs-moteurs dont une partie sera destinée au complexe de construction automobile qui va se retrouver sur le site. Une autre partie sera destinée à la construction navale. Rio Tinto Alcan possède actuellement la meilleure technologie de transformation au monde. Le projet va dégager un excédent commercial par rapport aux énergies qu’il utilise, estimé à plus de 3 milliards de dollars. Aujourd’hui, la grande richesse d’un pays, ce n’est pas la matière première. Elle se trouve dans le savoir de la transformation. Nous avons donc décidé de nous lancer dans la réalisation de grands complexes sidérurgiques qui seront implantés au niveau d’un grand port que nous comptons réaliser avec plus d’un millier d’usines tout autour.

Ceci permettra de créer près d’un million d’emplois. Parallèlement, si nous avons les autorisations rapidement, nous pouvons exporter 15 milliards de dollars en 2015, hors hydrocarbures. Ces exportations atteindront à l’horizon 2025 ou 2030 quelque 35 milliards de dollars. Ce sera un des mégaprojets que l’Algérie n’a jamais réalisés. Un grand pourcentage des emplois prévus est destiné aux ingénieurs et techniciens, aujourd’hui au chômage. Notre concept est de voir grand, commencer petit et aller vite. Je souhaite pour cela que les pouvoirs publics nous accompagnent dans la réalisation de tels projets. Nous avons dans ce cadre sollicité les plus hautes instances du pays pour nous encourager à les concrétiser. Sans cet accompagnement, nous ne pourrons rien faire.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit....02025%E2%80%9D