Partenariat avec le groupe Ericsson : Benhamadi énonce les attentes de l’Algérie

Jeudi 27 octobre à 9:26

Cliquer ici pour agrandir

Depuis quelques temps, le gouvernement algérien multiplie les contacts avec les firmes étrangères en vue de mettre en place de nouveaux partenariats. Le but : Acquérir un nouveau savoir-faire et un transfert de technologies, créer de l’emploi et relancer l’industrialisation du pays paralysée par plus de 10 ans de terrorisme et de crise économique.

Les pouvoirs publics entendent également revoir leur coopération avec des partenaires traditionnels. Pas loin qu’hier, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi, a invité Ericsson, groupe suédois spécialisé en télécommunications, à œuvrer dans le cadre de leur partenariat, vieux de plusieurs décennies, à un transfert de savoir-faire et d’expertise en faveur de l’Algérie ainsi qu’à une redynamisation de la société mixte algéro-suédoise SITEL.

M. Benhamadi a exprimé ces attentes du secteur national des télécommunications vis-à-vis de ce partenaire ” historique ” de l’Algérie lors d’un entretien à Genève avec le PDG de la multinationale suédoise, en marge du sommet mondial des télécommunications (ITU World 2011) qui se tient dans la ville suisse du 24 et qui prendra fin ce soir.

En attendant la réponse d’Ericsson, l’Algérie a signé dans le courant de la semaine, par le biais du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, deux conventions avec les firmes Nokia Siemens Network et Huawei pour la création en Algérie de centres de formation et d’innovation. Au titre des activités de son secteur, M. Benhamadi a annoncé qu’une ” commission nationale pour la large bande (haut débit, très haut débit) sera bientôt créée “.

source