IL SEMBLE QUE VOUS UTILISEZ ADBLOC POUR BLOQUER LA PUBLICITÉ, AUCUNE PUB INTRUSIVE SUR FDZ ET PAS DE POPUP
FDZ EST GRATUIT DONC MERCI DE DÉSACTIVER VOTRE ADBLOCK ET DE BIEN VOULOIR PARTICIPER ET JOUER LE JEU


PAR SUITE D'ABUS LES SERVEURS CCCAM ET ABONNEMENT NE SONT PAS TOLÉRÉS SUR LE FORUM

Affichage des résultats 1 à 3 sur 3
Share |

Discussion: Ghannouchi, comme un chef d’Etat

  1. #1
    salimdz Visiteurs

    Par défaut Ghannouchi, comme un chef d’Etat

    Les hautes autorités du pays mobilisées pour l’occasion

    Ghannouchi, comme un chef d’Etat

    le 22.11.11 | 01h00

    Cliquer ici pour agrandir


    Les honneurs pour Ghannouchi ! Le leader du parti tunisien Ennahda est arrivé dans la soirée de samedi sur le sol algérien dans le cadre d’une visite «d’amitié», aux allures de tournée présidentielle.

    Et l’on a déroulé le tapis rouge pour Rached Ghannouchi. Il a d’ailleurs été reçu, dans la matinée d’hier, par le président Abdelaziz Boùteflika. L’audience s’est déroulée à la résidence Djenane El Mufti en présence du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, rapporte l’APS. Le chef de la formation isla.miste s’est félicité, à l’issue de cette audience présidentielle, de la qualité des relations entre les deux voisins. «Les relations algéro-tunisiennes ont toujours été bonnes et seront meilleures à l’ère de la Révolution du jasmin», a-t-il déclaré.

    «Nous sommes optimistes quant à l’avenir et considérons que les relations algéro-tunisiennes augurent d’un avenir meilleur pour l’ensemble de la région du Maghreb», a-t-il ajouté. Un peu plus tard dans la journée, c’est au tour du Premier ministre et secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, de recevoir le chef de file d’Ennahda. Ce dernier a aussi eu des entretiens, dimanche, avec Abdelaziz Belkhadem, représentant personnel du président de la République et secrétaire général du FLN, ainsi qu’avec Bouguerra Soltani, président du MSP. Le leader tunisien n’a cependant pas rencontré, lors de cette visite, les partis d’opposition. «Nous n’avons pas demandé à le voir, il n’a pas demandé à nous voir», affirment, tous joints hier par téléphone, les porte-parole du PT, du RCD, du FFS ainsi qu’Abdallah Djaballah, du FJD, non encore agréé. Cette «faveur» n’a donc été accordée qu’aux partis de l’Alliance présidentielle.

    Ce qui est un juste retour des choses, estime M. Naâmane, porte-parole du MSP. «Le MSP est le seul parti à s’être déplacé et à le rencontrer en Tunisie. Nous avons d’ailleurs été les seuls à le féliciter pour sa victoire. Rached Ghannouchi a été invité par le président de la République, et le MSP a saisi l’occasion de cette visite afin de le rencontrer une autre fois. Pourquoi est-ce qu’il demanderait à s’entretenir avec les autres partis ?», déclare M. Naâmane. Au terme de ces nombreux entretiens, entouré du protocole digne d’un chef d’Etat, M. Ghannouchi a quitté le sol algérien, hier en fin d’après-midi, salué à son départ par M. Bensalah.

    source

  2. #2
    salimdz Visiteurs

    Par défaut Re : Ghannouchi, comme un chef d’Etat

    Visite d’amitié ou d’Etat

    le 22.11.11 | 01h00

    Qualifié de «visite d’amitié» par le président du parti isla.miste tunisien Rached Ghannouchi, le séjour de la délégation tunisienne en Algérie (du 19 au 21 novembre) a pris les contours d’une visite d’Etat.

    Reçu hier à un très haut niveau, par le président Abdelaziz Boùteflika, et, auparavant, par les présidents du Sénat et de l’APN, respectivement MM. Bensalah et Ziari, ainsi que par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, il ne manquait presque rien dans l’agenda de la visite du leader isla.miste pour conférer à sa présence en Algérie un caractère officiel. Le seul élément qui manquait au décor : le protocole propre aux visites présidentielles à l’aéroport avec le rituel du tapis rouge déployé devant les visiteurs de haut rang, la présence de la fanfare de la Garde présidentielle, les honneurs militaires et l’exécution des hymnes nationaux des deux pays. Les usages politiques et protocolaires ont été profondément malmenés à la faveur de cette visite, d’un côté comme de l’autre.

    Tout d’abord côté tunisien : au-delà des motivations politiques et autres qui sous-tendent cette visite à laquelle le parti Ennahda, grand vainqueur des dernières élections tunisiennes sur la Constituante, semble attacher une symbolique particulière puisqu’elle intervient quelques jours seulement après ce scrutin, le fait que le leader d’Ennahda se soit empressé d’effectuer une visite en Algérie alors que les institutions tunisiennes ne sont pas encore mises en place dégage une impression de coup de force du parti dominant, Ennahda en l’occurrence, sur ces institutions. Car même si le leader isla.miste avait jugé nécessaire de se faire accompagner, durant son séjour à Alger, du futur président de la République tunisienne en la personne de Moncef Merzouki, chef du Congrès pour la République (CPR), partenaire d’Ennahda dans la coalition gouvernementale dont la nomination devrait être entérinée lors de la première réunion de l’Assemblée constituante, cela n’enlève rien à la symbolique que le leader d’Ennahda a voulu imprimer à cette visite.

    Il a voulu montrer qu’il est le véritable centre et détenteur du nouveau pouvoir tunisien, le pouvoir réel avec lequel les partenaires étrangers de la Tunisie doivent compter, même s’il n’occupe aucun poste dans l’Exécutif. En tout cas, c’était dans les faits, à ce titre, qu’il avait été reçu et a tenu à être reçu en Algérie. Car si tel n’était pas son objectif, pourquoi alors cette précipitation à vouloir forcer l’agenda diplomatique en programmant une visite qui dépasse les prérogatives d’un parti politique, fut-il majoritaire, auquel il veut faire jouer manifestement un rôle transpartisan pour en faire carrément un parti-Etat ?

    M. Ghannouchi aurait pu attendre que les institutions tunisiennes soient mises sur pied, que le nouveau président de la République soit connu et officiellement investi dans ses nouvelles fonctions et que le Premier ministre et le gouvernement soient également installés pour prendre son bâton de pèlerin. En cela, le chef d’Ennahda a pris de vitesse ses partenaires de la coalition, notamment Moncef Merzouki, le futur président tunisien, dont on annonce la visite prochainement en Algérie. Cela donne un avant-goût du conflit de compétences qui attend le nouveau pouvoir en Tunisie. Un conflit dont on ne réalise pas l’étendue et la complexité en ces lendemains euphoriques de la révolution.

    Maintenant, côté algérien, il est pour le moins inhabituel que le président Boùteflika lance une invitation sous le sceau de l’officialité à un chef de parti et lui déroule le tapis rouge sans s’encombrer du respect des usages protocolaires diplomatiques. La realpolitik, on veut bien si cela peut servir les intérêts du pays. Mais encore faudrait-il que cette règle soit appliquée de manière non sélective. Il n’y a pas longtemps, un candidat à l’élection française, le socialiste François Hollande, dont la cote caracole dans les sondages, était en visite en Algérie.

    Il n’avait pas eu, lui, les faveurs d’être reçu par le président de la République. Deux poids, deux mesures. La visite à Alger de Ghannouchi, à l’invitation personnelle de Boùteflika, s’assigne, selon toute vraisemblance, un double objectif. Le premier, diplomatique, destiné à jeter des passerelles avec les nouvelles autorités tunisiennes après que les autorités algériennes aient suivi la révolution tunisienne à partir du balcon. Le second message est destiné à la consommation intérieure. Pour dire que le pouvoir, en Algérie, n’est pas hostile aux révolutions arabes, comme on le prétend. Mais aussi et surtout pour faire un clin d’œil aux isla.mistes algériens qui pourraient se reconnaître et épouser le modèle tunisien.

    A quelques mois des législatives en Algérie, cela s’apparente à une consigne de vote….

    source

  3. #3
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Localisation
    un peu partout!
    Messages
    2 143
    Remerciements
    72
    Remercié 22 fois dans 15 messages
    Pouvoir de réputation
    14

    Par défaut Re : Ghannouchi, comme un chef d’Etat

    Le regime algerien semble etre perdu... hier on proclamé "à bas les islam-istes" et aujourd'hui on les invite comme on fait pour les plus grands des chefs d'etat!?!?
    Great minds discuss ideas. Average minds discuss events. Small minds discuss people.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 09/09/2012, 16h55
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 09/09/2012, 16h28
  3. [Achat] PSP neuve - comme neuve - en très bonne etat
    Par HBM dans le forum Achats
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/06/2010, 20h53
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 25/12/2008, 18h41
  5. Le chef d’état-major de l’armée en visite à Tizi-Ouzou
    Par salimdz dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/09/2008, 19h00

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
[Auto utilitaire DZ] [Webimag] [Algérie Info] [Guide Algérie] [Mosquée ALBADR MEAUX] [Photographe MARIAGE]

is PageRank Checking Icon