L’état révise ses dépenses «para-politiques» ,85 000 associations ont «mangé» 200 milliards DA depuis 1991

Mercredi 14 décembre à 22:44

Cliquer ici pour agrandir

«Budgetivores», sans incidence réelle sur la société, opportunistes et indifférents aux événements. Ce sont peut-être là, les quatre qualificatifs qui collent le mieux aux associations créées en Algérie depuis 1991.

Des rapports confidentiels ont été établis il y a quelques mois, par les services spécialisés du ministère de l’Intérieur laissent interdit. Les subventions qui leur ont été consenties restent sans commune mesure avec leur poids insignifiants, leur incidence nulle et les polémiques «négatives» qu’elles ont soulevé.

En 2000, une enquête menée par le commandement de la gendarmerie avait abouti à une « consommation directe » de 80 000 milliards de dinars, alloués par l’État aux milliers d’associations pour «rééquilibrer» la société et faire en sorte qu’il y ait une tendance civile démocratique et active, qui contrebalancerait l’islamisme radical qui menaçait d’avaler le pays entier.

Depuis lors, les subventions ont été plus importantes, et en l’absence d’une enquête aussi fiable que celle de 2000, on estime le coût du mouvement associatif depuis 1991 à ce jour à près de 200 milliards de dinars. Mais toutes les associations n’ont pas été aussi voraces : certaines associations n’ont jamais eu d’aide notable, hormis une petite assistance de la part de la commune, d’autres, à la faveur des relations personnelles et privilégiées de leur chef, ont mangé à satiété, tout le temps, et de tout.

Pour l’État, l’objectif n’a pas changé : les associations professionnelles, caritatives, de corporation, sportives, culturelles, de prise en charge des malades, etc. sont les garantes d’une vie «para-politique» active, démocratique, vivante et alternative aux blocages politiques chroniques que connaît la société.

Mais, en fait, tout cela s’avère sans effet. Alors que le processus de changements politiques en cours exige une plus grande intégration du mouvement associatif dans la vie de la société, d’aucuns insistent sur sa déficience et son apathie, sans commune mesure avec les objectifs qui lui avaient été assignés au début des années 90.

C’est à la fin des années 1990 que la société civile a commencé à «bouger» avec l’ouverture culturelle, notamment l’arrivée des chaînes de télévisions, avec les accords signés entre l’Algérie et les pays étrangers dans le cadre de la libéralisation du marché. Selon le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, elles seraient au nombre de 85 000. Malheureusement, peu d’entre elles accomplissent véritablement leur travail. En fait, en Algérie, le mouvement associatif est désorganisé et manque de formation.

La loi stipule que les associations sont apolitiques. La société civile et les partis politiques sont juridiquement séparés. Pourtant, ce n’est pas le cas. Des associations gravitent autour de certains partis politiques, et deviennent plus actives lors d’échéances électorales. Passé ce délai, elles redeviennent amorphes, et se recentrent sur leurs propres intérêts.

DES ASSOCIATIONS AU SERVICE DE PUISSANCES ÉTRANGÈRES


Face aux milliards pris dans les caisses de l’État, les facilités auprès de la commune, les locaux à charge des autorités, les avantages sociaux et facilités d’accès à diverses acquisitions, ainsi que l’approvisionnement en logistique technique, le mouvement associatif est resté vain, futile, équivoque, parfois même nuisible et dangereux.

Des associations, qui s’étaient approvisionnées auprès de pays étrangers ont carrément travaillé contre l’Algérie, en fournissant des informations confidentielles aux pays qui les subventionnaient.

Une enquête, qui n’a pas été publiée, et menée par l’Intérieur, démontre que des associations ont carrément oeuvré, délibérément ou non, contre les intérêts de l’Algérie. D’autres ont fourni à des ambassades des informations confidentielles qui relèvent de la sécurité nationale. D’autres encore se sont approvisionnées financièrement chez des puissances étrangères, mettant en péril et leur propre objectif d’association de bienfaisance, et les intérêts de l’Algérie.

APPÉTIT VORACE ET INSATIABLE


En contrepartie de l’aide de l’État, estimée chaque année à plusieurs centaines de millions de dinars en subventions de toutes sortes, il ne fut constaté chez ces associations aucune influence sur la vie quotidienne. Au contraire, elles se sont distinguées par un effacement coupable, et, pire encore, des scandales à la pelle. En lieu et place des débats utiles à la société, des idées nouvelles et novatrices, le mouvement associatif aura brillé par les querelles intestines, les luttes pour des intérêts personnels et les scissions pour divergences d’intérêt.

L’argent des subventions est souvent détourné, les privilèges deviennent vite l’apanage des seuls chefs et la course contre la montre pour ratisser large à son profit le maître mot. Les associations des victimes du terrorisme en sont l’exemple-type : mangeant à toutes les mangeoires – parfois la mangeoire elle-même-, elles ont brillé par le nombre de biens acquis auprès de l’État : argent, terrain immobilier, facilités bancaires et appartements.

L’État ne leur refusaient presque rien, parce que ces associations représentaient la société la plus meurtrie dans sa chair, et aussi parce que ces associations étaient chargées de représenter l’Algérie debout face au terrorisme à l’étranger. Mais, les scandales qui ont secoué ces associations -entourloupes, affaires scabreuses, détournements, etc.- ont été à la démesure de l’appétit vorace et la cupidité insatiable de leurs responsables.

ECHEC DE L’INTELLIGENTSIA


Si dans les pays évolués, les associations sont le fait de personnalités publiques, distinguées ou très cultivées, le mouvement associatif en Algérie n’a jamais été l’oeuvre de l’«intelligentsia ». Il est souvent exagérément social ou exagérément politique et prend sa source à partir d’initiatives engagées par des gens anonymes, entreprenants, sans culture de fond, incités par le besoin de transformation ou attirés par l’attrait d’une responsabilité et l’éventualité d’une rente de «pouvoir», sous le motif de bienfaisance.

La dite association de charité fait vite de se transformer en entreprise familiale, tournée vers elle-même, sans la moindre représentation de service public et d’intérêt général. La plupart des associations que nous connaissons sont à caractère social, humanitaire ou politique, mais, en réalité, les malades chroniques, les sports, la nature, la culture, l’environnement, les animaux et les livres sont le dernier de leurs soucis. Leur influence sur la société dans l’élaboration de stratégies et de schémas politiques, sociaux, économiques ou culturels est insignifiante.

Dans un résumé succinct, qui synthétise et caricature à la fois les associations en Algérie, on peut les présenter comme un synonyme d’assistance sociale, de charité et de solidarité, mais sitôt enrichies, elles tournent le dos à l’assistance sociale, à la charité et à la solidarité.

Le mouvement associatif devait être, au début des années 1990, un palliatif aux blocages politiques, un substitutif à la violence qui menaçait d’engloutir toute la société, et son rôle était à l’origine plus large, et devait oxygéner toutes les décisions politiques et sociales prises.

Rien de tout cela n’est aujourd’hui visible, et les résultats de la réflexion de la société civile, dont les associations sont le point culminant, ont fait qu’aujourd’hui l’Algérie sociale se recentre sur les émeutes, les contestations et les revendications. « La société n’avance que sur des cadavres d’idées », disait André Gide à Biskra. Or chez nous, aucun cadavre d’idée n’a été trouvé gisant sur la place d’Alger : toutes les idées surannées, désuètes et avariées sont à ce jour encore recyclées, servies et consommées…

source