Rachat de 51 % de Djezzy par l’Etat algérien

Moussa Benhamadi écarte toute changement dans l’équipe de Djezzy

Le management et les travailleurs de Djezzy seront maintenus après le rachat par l’État algérien de 51 % de l’opérateur, a indiqué, ce samedi 14 janvier, Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des technologies de l'information et de la communication, dans une déclaration à TSA. « Les cadres et les travailleurs de Djezzy seront maintenus après le rachat. Grâce à Djezzy, nous avons des compétences de haut niveau et une carte de visite dans le monde des télécommunications. Djezzy est devenu une référence dans le domaine », a‑t‑il précisé. « Nous ne nous séparerons ni des managers ni des salariés de l’opérateur, d’autant que 99 % de ces salariés sont des Algériens », a‑t‑il ajouté.

D’ailleurs, selon le ministre, parmi les points discutés avec Vimpelcom lors de la signature début janvier de l’accord prévoyant le rachat par l’État algérien de 51 % de Djezzy, figure notamment le maintien du management actuel de l’opérateur et le renforcement de sa stabilité.

Interrogé sur la levée de l’interdiction d’opérations de commerce extérieur imposée depuis avril 2010 à Djezzy par la Banque d’ Algérie, Moussa Benhamadi a estimé que ce problème n’était pas du ressort de son ministère. « C’est une décision de la Banque d’Algérie, qui est une institution souveraine. Mais Djezzy peut toujours acheter ses équipements en Algérie », a‑t‑il dit.

source