L'acquisition de Djezzy pourrait aboutir avant la fin du 1er trimestre 2012

le 24.01.12 | 11h48

L'Algérie et le groupe russe Vimpelcom pourraient conclure l'accord du rachat d'Orascom Télecom Algérie (OTA) avant la fin du premier trimestre 2012, a déclaré mardi 24 janvier le ministre des Finances, M. Karim Djoudi

Ce dernier n'a pas écarté une acquisition de plus de 51% du capital de la filiale russe. "Actuellement, nous sommes dans la phase évaluation (de la valeur d'OTA) qui sera suivie par la signature de l'accord de rachat puis par la conclusion du pacte d'actionnaires", a précisé le ministre à la Radio nationale.

Et d'ajouter: "si le processus des négociations se déroulait sans entraves, la conclusion de ces accords interviendrait avant la fin du premier trimestre 2012".

La cession "va porter sur au moins 51% du capital d'OTA ou peut être plus", a affirmé le ministre, laissant entendre que l'acquisition de la totalité de cette filiale, connue sous le nom commercial de Djezzy, n'est pas à écarter.

Une entreprise publique allait entrer dans le capital de Djezzy

Le ministre a fait savoir aussi qu'une entreprise nationale publique allait entrer dans le capital de Djezzy, sans pour autant préciser si elle allait être le seul acquéreur algérien de Djezzy ou un simple associé à côté de l'Etat algérien dans l'ancienne filiale du groupe égyptien OTH, rachetée en 2011par le groupe russe Vimpelcom.

Le premier argentier du pays a aussi indiqué que cette entreprise nationale publique "va aussi gérer le capital" pour la partie algérienne, sans aussi préciser si elle allait assurer la gestion du premier fleuron de la téléphonie mobile algérien. L'abstention du ministre à fournir plus de détails est due au fait que les deux parties algérienne et russe sont tenues par une obligation de réserve, imposée par l'accord de confidentialité, signé fin décembre entre le ministère des Finances et le groupe russe, précise-t-il.

Même minoritaire, Vimpelcom peut assurer la gestion de l'entreprise, en vertu des lois algériennes en vigueur qui accordent à l'investisseur étranger, dans le cadre d'un partenariat, le droit d'assurer le management de l'entreprise.

"La gouvernance et les moyens de contrôle de la gestion d'OTA seront répartis entre OTH et l'Etat algérien selon les modalités qui restent à convenir entre les deux parties", avait déjà indiqué, début janvier, le ministère des Finances dans son communiqué annonçant la conclusion du protocole d'intentions.

Des sources proches du dossier ont évoqué une possibilité du rachat de la totalité du capital de Djezzy, une option qui pourrait être rejetée par le groupe russe qui veut préserver une partie du capital de Djezzy, sa filiale "la plus juteuse". Encore, faut-il rappeler, que Vimpelcom a accepté de céder la majorité du capital de Djezzy sous réserve d'un prix "acceptable". Il avait proposé auparavant 7,8 milliards de dollars pour se délester de sa filiale algérienne, une proposition que l'Algérie avait alors décliné.

Vimpelcom détient la majorité du capital (51,7%) d'Orascom Telecom Holding, maison mère de Djezzy, suite à une fusion entre les deux groupes opérée en mars 2011.

source