Les solutions antivirus de Microsoft ont considéré Google.com porteur d'un malware. Un faux positif.

Si Microsoft avait voulu faire la promotion de son moteur de recherche Bing, cela aurait été une méthode radicale en taxant Google de malware. C'est ce qui s'est produit brièvement dans le cadre d'un incident dû à un faux positif.

Peu après la diffusion du Patch Tuesday de février, les solutions de sécurité Microsoft Security Essentials et Forefront ont vu rouge lorsqu'un utilisateur Windows tentait de se rendre sur Google.com.

Une alerte pour signaler que Google.com était un site Web malveillant infecté par un malware connu sous le nom de Exploit:JS.Blacole.BW et donc la diffusion d'un exploit. De quoi susciter une certaine crainte et inciter à quitter la page Google.com.

Le cas échéant, l'action de suppression proposée par l'antivirus de Microsoft... ne donnait rien avec l'impossibilité de trouver la menace. Et pour cause, celle-ci n'existait pas. Certains utilisateurs ont rapporté un " blocage " de Google.com quel que soit le navigateur Web, même si des commentaires sont contradictoires et ne font état que d'Internet Explorer. Le problème a été rapidement corrigé.
Cliquer ici pour agrandir
MSE : faux positif pour Google ( crédit : KrebsOnSecurity )
Le Malware Protection Center de Microsoft évoque une erreur de détection pour Exploit:JS/Blacole.BW qui a eu lieu le jour de la Saint-Valentin et sa correction le même jour via une mise à jour de la signature des menaces.

Un cas de faux positif dont sont parfois sujets les solutions antivirus. On se souviendra néanmoins qu'en septembre 2011, c'est Google Chrome que Microsoft Security Essentials avait confondu avec un malware.