Algérie : les défis qui attendent Ahmed Ouyahia

Par lounes guemache le 24/06/2008 à 11:22

Le président de la République Abdelaziz Bo^^^^^ika a procédé hier à un remaniement gouvernemental en nommant Ahmed Ouyahia comme Premier ministre. M. Ouyahia prend les commandes du gouvernement dans un contexte particulièrement difficile. Loin des bonnes performances macroéconomiques, des chiffres maquillés et des promesses des ministres, l'Algérie est un pays en crise.

Après quelques années d'accalmie, le terrorisme a fait son retour. Certes, les capacités de nuisance des groupes sont nettement moins importantes qu'il y a quinze, mais la multiplication des attentats pourrait peser sur la relance économique et dissuader des investisseurs étrangers de venir s'installer en Algérie. Sur le plan économique, la situation n'est guerre meilleure : la croissance (5,5% en 2007) reste faible ; l'économie est largement dépendante des hydrocarbures ; l'industrie est décroissance ; les privatisations des entreprises n'avancent pas au bon rythme et les investisseurs étrangers restent toujours aussi frileux qu'il y a dix ans.

Sur le plan social, la multiplication des émeutes, avec une moyenne de deux à trois manifestations par jour, témoigne d'un vrai malaise. La crise du logement reste un défi majeur pour le gouvernement. Le marché de l'emploi reste désorganisé et le chômage touche plus de 30% de la population active, selon des statistiques officieuses. Plus inquiétant, plus de 50% des jeunes en âge de travailler sont au chômage. L'insécurité a gagné les villes et les villages, avec l'apparition de nouveaux phénomènes comme les kidnappings, et les autorités semblent impuissantes face à ce phénomène.

C'est dans ce contexte que le président Bo^^^^^ika s'apprête à modifier la Constitution pour pouvoir briguer un nouveau mandat en 2009. Cette initiative va engendrer de nouvelles tensions et plonger le pays dans l'incertitude pour au moins quelques mois. La présence d'Ahmed Ouyahia, habitué des situations complexes, à la tète du gouvernement pourrait s'avérer précieuse pour le président mais aussi un peu pour les Algériens, qui ont besoin d'être rassurés.


source : http://www.toutsurlalgerie.com/alger...efis-3967.html