Réunion de la 6e commission mixte algéro-émiratie à Alger
Débloquer les projets d'investissement et booster les échanges commerciaux

Cliquer ici pour agrandirLa commission mixte algéro-émiratie tiendra sa 6e session à Alger, aujourd'hui et demain, a-t-on appris du ministère des Finances. Une rencontre regroupant des experts des deux pays a été tenue, hier, pour débattre des différentes questions à soumettre à la commission portant, en particulier, sur les difficultés rencontrées lors de la concrétisation des différents projets émiratis en Algérie et les solutions envisagées pour booster les échanges commerciaux entre les deux pays. Selon un communiqué du département de Karim Djoudi, cette rencontre aura pour objectif d'évaluer l'état d'exécution des recommandations de la précédente session qui s'est tenue à Abou Dhabi en juin de l'année passée. Il sera également question d'examiner "les voies et moyens susceptibles de donner un nouvel essor à la coopération bilatérale multisectorielle". Elle permettra d'examiner la situation de blocage ou de retard dans la mise en œuvre et la réalisation des projets d'investissements émiratis en Algérie et dynamiser les échanges commerciaux entre les deux pays. La commission, qui sera coprésidée par le ministre des Finances, Karim Djoudi, et le ministre de l'Economie, Soltane Ben Saïd El-Mansouri, côté émirati, aura à débattre des investissements des sociétés émiraties implantées en Algérie et tenter de lever tous les obstacles empêchant la concrétisation des projets, bien que les sociétés émiraties soient présentes en Algérie depuis deux ans. A l'instar de Dubai Aluminium (Dubal), Dubai Ports, le groupe El-Gharir d'investissement et la Société de ciment, seront également au centre des travaux de cette commission. Dans ce cadre, on relèvera le projet de la réalisation d'un complexe industriel de production d'aluminium à Béni Saf, dans la wilaya de Aïn Témouchent, dont l'accord a été signé au mois de mars 2007 entre le consortium algérien Sonatrach-Sonelgaz et le consortium émirati, Mubadala Developpement Compagny et Dubai Aluminium, pour un investissement de 5 milliards de dollars et qui devrait permettre la création de pas moins de 4 000 postes d'emploi, lequel n'a pas encore vu le jour. Il figure, aussi, le cas de la société Dubai Ports, qui se trouve confrontée à des difficultés empêchant la concrétisation de ses projets d'investissement au niveau de plusieurs ports en Algérie. En outre, le projet "Dounia Park" au niveau de Dely-Ibrahim, dont le coût avoisine les 5 milliards de dollars, se trouve, pour sa part, en difficulté. Le projet comporte la réalisation d'hôtels cinq étoiles, d'écoles, d'infrastructures sportives, lacs artificiels et d'un terrain de golf. Pour rappel, lors de la 5e session de la commission mixte algéro-émiratie, tenue en mai 2007, les deux pays ont signé douze accords de coopération dans divers domaines. Les deux parties ont également signé un mémorandum d'entente entre la Commission de surveillance des opérations boursières (Cosob) algérienne et l'Autorité de régulation boursière émiratie, ainsi qu'un mémorandum d'entente entre les deux Chambres de commerce et d'industrie. Les Emiratis ambitionnent d'investir dans les années à venir près de 25 milliards de dollars en Algérie dans divers secteurs, entre autres la privatisation des entreprises publiques, le secteur bancaire et financier ou les télécommunications. Notons enfin que le niveau des échanges commerciaux entre les Emirats arabes unis et l'Algérie était relativement faible durant la période allant de 1999 à 2006, les importations en provenance des Émirats s'élevant à un peu plus de 23,6 millions de dollars avec des exportations qui n'excèdent pas 899 000 dollars. To^^^^ois, avec la réalisation des projets annoncés, ces échanges verront probablement une croissance conséquente.

source : http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=11273