Téléphonie mobile
Les Européens pourraient payer les appels reçus

Cliquer ici pour agrandir

La plus haute torture que pourrait subir un détenteur de téléphone mobile en Algérie, serait de lui faire payer les appels qu’il reçoit. Une hérésie pour un « bipeur » invétéré. Aussi impensable que cela puisse paraître en Algérie, les abonnés au mobile en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), paient sans broncher les appels qu’ils reçoivent.

Pour les Européens, il semblerait que ce système pourrait être introduit dans le futur. La Commission européenne s’est dit, lundi dernier, prête à laisser le champ libre aux opérateurs. « Pourquoi pas ? Le marché se développe, on ne devrait pas en rester aux règles qui ont été en place pendant dix ans », a répondu Viviane Reding, commissaire européenne chargée des télécommunications, à une question en ce sens du Financial Times publié lundi dernier. Mais « c’est aux opérateurs de décider », a-t-elle ajouté. « Si les opérateurs pensent que c’est attractif pour leurs clients, s’ils ont quelque chose d’autre pour convaincre les consommateurs, que cela pourrait être intéressant pour eux, nous ne dirons rien contre », a précisé le porte-parole de la commissaire, Martin Selmayr. « Nous ne forcerons pas non plus les entreprises à aller dans ce sens ». La tarification des appels reçus, selon le système dit du « bill-and keep », est la norme aux États-Unis ou dans certains pays d’Asie.Les Européens la connaissent seulement pour le « roaming », ou itinérance, quand ils utilisent leur téléphone portable à l’étranger. Recevoir un appel dans leur propre pays en revanche ne leur coûte rien aujourd’hui.

Du moins en apparence. Au lieu de facturer son client, l’opérateur de la personne appelée demande à celui du client qui appelle, quand leurs réseaux sont différents, de lui verser des « frais de terminaison d’appel ». Ces frais, censés couvrir le coût d’utilisation du réseau, sont finalement répercutés dans le prix des appels passés par les consommateurs. Après les tarifs de roaming, plafonnés l’année dernière, en attendant des mesures similaires pour les SMS, voire l’internet mobile, la Commission, persuadée de faire baisser les prix, veut s’attaquer aux frais de terminaison. Viviane Reding doit lancer d’ici fin juin prochain, une consultation publique sur une proposition visant à harmoniser le mode de calcul de ces frais et à « faire converger les frais de terminaison mobile avec ceux du fixe », aujourd’hui moins élevés, selon son porte-parole. « Ce que nous aimerions faire, c’est nous débarrasser des frais de terminaison très élevés et inégaux en Europe, qui à la fin doivent être payés par les consommateurs », a-t-il expliqué. Selon la Commission, ces frais variaient en octobre entre 2,06 centimes d’euro par minute à Chypre et 18,82 centimes en Bulgarie, avec une moyenne européenne à 9,67 centimes.

source : http://www.elwatan.com/Telephonie-mobile,97343