Une filiale du groupe européen EADS mise en cause dans l’affaire Khalifa en France

Par AFP le 26/06/2008 à 17:25

La société Socata, filiale du groupe franco-allemand d'aéronautique et de défense EADS, et un de ses anciens PDG, Philippe Debrun, ont été mis en examen à Nanterre dans l'instruction sur des malversations présumées au sein du groupe Khalifa, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier. EADS Socata, spécialisée dans la fabrication d'avions légers pour le tourisme ou les affaires, a été mise en examen en avril dernier en tant que personne morale pour "complicité de banqueroute", tout comme Philippe Debrun, qui a quitté l'entreprise en juin 2003, ont indiqué ces sources.

Les soupçons de la juge d'instruction portent sur une vente d'avions légers d'EADS Socata à Khalifa Airways en 2001-2002. Les appareils avaient finalement été immatriculés au nom d'une autre société du groupe, Khalifa Jet Corp, qui se serait avéré être une coquille vide. Pour l'avocat d'EADS Socata, Me Kami Haeri, c'est "à la emande de Khalifa" que l'immatriculation a été modifiée. "En quoi cela nous rend-il complices de l'appauvrissement du groupe Khalifa? Où est l'enrichissement pour Socata?", s'est-il demandé, en soulignant que la vente litigieuse ne portait que sur "trois avions". L'avocat a ajouté qu'à ses yeux, "l'enquête n'a pas démontré que Khalifa Jet Corp était une coquille vide".

L'instruction, qui porte sur des détournements présumés au sein du groupe Khalifa (Khalifa Airways, Antinéa Airlines, Khalifa Rent-a-Car) avait été ouverte en 2003 pour "abus de confiance, banqueroute par détournement d'actifs, banqueroute par dissimulation de comptabilité et blanchiment en bande organisée". Selon des sources proches du dossier, la juge d'instruction estime avoir terminé ses investigations. Outre Rafik Khalifa, plusieurs autres personnes sont mises en examen dans le dossier, dont l'épouse de l'ancien magnat algérien.

M. Khalifa avait été arrêté le 27 mars 2007 à Londres en exécution d'un mandat d'arrêt européen délivré en France. Il a déjà été condamné en mars 2007 par contumace en Algérie à la réclusion criminelle à perpétuité dans le cadre du procès sur la faillite de la Khalifa Bank. Il fait aujourd'hui l'objet de deux demandes d'extradition, l'une française, l'autre algérienne.

source : http://www.toutsurlalgerie.com/contenu.php?id=4004