Comme d'autres OEM avant lui, le chinois Wibtek verrait bien sa marque voler de ses propres ailes. Au Computex, il dévoilait cette semaine deux cartes mères en Z77 et adressées au marché des joueurs. En dépit de leur nom suggestif, ces cartes Hacker se révèlent to^^^^ois de facture très classique.

A la fois OEM et ODM, le chinois Wibtek a déjà prouvé depuis belle lurette qu'il savait concevoir des cartes mères. Il semble to^^^^ois aspirer à une plus grande reconnaissance, puisqu'il lancera prochainement dans la distribution deux nouvelles références commercialisées sous sa propre marque. Comme bien d'autres, nous avons été attiré par le nom de ces deux cartes : Hacker Z75 et Hacker Z77. Celui-ci laissait augurer des raffinements comme seul un salon de type Computex permet d'en découvrir !

Las, les premières cartes de Wibtek adopte un design des plus courants et un niveau d'équipement qui, s'il est intéressant, ne sort pas vraiment pas du lot des très nombreux produits Z77 (destinés aux processeurs à socket LGA-1155) présentés sur le salon. Pour la Hacker Z77, la promesse est notamment incarnée par un étage d'alimentation à 16 phases, la prise en charge de Lucid Virtu MVP ainsi que du SLI via deux ports PCI-Express 16x (câblés en 8x / 8x si deux cartes sont installées). On dispose par ailleurs d'un bouton censé lancer un overclocking automatique (dont nous n'avons pu nous faire expliquer le fonctionnement), de dix SATA (dont six fonctionnent à 3 Gb/s), de l'USB 3.0 et de la prise en charge d'un maximum de 64 Go de mémoire vive.

La Z75 adopte quant à elle un design assez proche, mais avec une configuration plus économique (étage d'alimentation revu à la baisse). Toutes deux pourraient faire leur entrée sur le marché dans les semaines à venir si Wibtek parvient à mettre à profit le Computex pour finaliser les indispensables accords de distribution. Restera ensuite à voir le prix final, qui sera sans doute le principal argument de cette marque totalement inconnue du grand public.

Cliquer ici pour agrandir