Facebook accueille une application de jeu d'argent


Pour l'instant seulement accessible à partir du Royaume-Uni, l'application Facebook Bingo Friendzy est la toute première à proposer de jouer de l'argent réel par le biais du réseau social. Un service qui pourrait se développer sur Facebook si le succès est au rendez-vous.

Restreint aux personnes de plus de 18 ans résidant au Royaume-Uni, le jeu Bingo Friendzy cache, sous ses airs enfantins, ce qui pourrait bien être la nouvelle marotte de Facebook : les jeux d'argent. Le choix de la Grande-Bretagne pour lancer la première application de ce type n'est pas une très grande surprise : en décembre 2011, la rumeur courait déjà concernant les projets du réseau social dans le pays, où les jeux d'argent en ligne représentent 1,7 milliard de livres sterling selon les estimations de l'époque.

Cliquer ici pour agrandir

La surprise vient plutôt du fait que l'application Bingo Friendzy se concentre, comme son nom l'indique, sur le jeu de Bingo, et non sur le Poker : beaucoup d'observateurs s'attendaient en effet à ce que Facebook privilégie cette voie en s'associant avec un organisme britannique licencié. Au final, c'est le groupe Gamesys qui s'est lancé le premier dans l'aventure avec cette application, qui exploite sa plateforme de jeux d'argent Jackpotjoy.

« Le jeu d'argent est très populaire et bien réglementé au Royaume-Uni. Pour des millions de joueurs de Bingo, il s'agit déjà d'une expérience sociale, il est donc logique pour nous de la proposer sous cette forme » a expliqué Julien Codorniou, responsable des jeux Facebook pour l'Europe, au Financial Times. Bingo Friendzy est certes un pionnier des jeux d'argent sur Facebook, mais il ne devrait pas rester seul très longtemps : Zynga prépare sa propre application de Bingo ainsi qu'une autre de poker exploitant l'argent réel pour début 2013. Entre temps, d'autres acteurs du marché devraient se manifester au Royaume-Uni.

Pour Facebook, l'arrivée sur ce nouveau secteur est synonyme de nouvelles sources de revenus puisque le réseau social va, en toute logique, prélever un pourcentage sur les transactions.