Huitième session du conseil ministériel maghrébin
Coopération dans le nucléaire et les énergies renouvelables au menu

Les experts maghrébins ont procédé, hier, à l’examen et à l’élaboration de l’ordre du jour de la 8e session du Conseil ministériel maghrébin de l’énergie et des minerais prévu demain à Alger. Présidant la réunion des experts, le représentant de la Libye, M. Haddoud Abdennebi Haddoud, a indiqué à la presse que l’ordre du jour de cette session, qui se tiendra après 13 ans d’éclipse, portera sur la coopération future dans les secteurs de l’électricité, de l’énergie atomique et des énergies renouvelables. La réunion ministérielle examinera la possibilité de création d’un marché maghrébin de l’électricité, a-t-il expliqué en ajoutant que ce projet nécessite “une étude approfondie, notamment pour ce qui a trait aux mécanismes et aux composantes de ce marché”. L’interconnexion électrique qui relie les pays maghrébins aux pays d’europe et du Moyen-Orient contribuera à la création d’un marché de l’énergie intermaghrébin et entre le Maghreb arabe, l’Europe et le Moyen-Orient, relève-t-on. La réunion planchera également sur “les modalités de création d’un marché concurrentiel du pétrole et dérivés et du gaz ainsi que sur l’élaboration des formules idoines pour la coopération dans le domaine du développement des énergies renouvelables qui est inscrit au titre des priorités des pays maghrébins”, a ajouté le représentant libyen. “La question de la coopération dans le développement de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques sera abordée pour la première fois lors de cette session”, a fait observer M. Haddoud qui a estimé que les pays maghrébins “devraient installer des centrales nucléaires communes, bilatérales ou collectives”, de façon à amortir les coûts et partager les tâches nécessaires pour pareille entreprise. Il convient que les pays du Maghreb arabe trouvent une formule complémentaire pour exploiter au mieux les ressources d’énergie dont ils disposent, a ajouté le même responsable. Il s’agit, en outre, d’examiner les rapports des comités de ce conseil, à savoir le comité de planification et de maîtrise de l’énergie et ceux de l’électricité et de la technologie. Reliés par un réseau d’interconnexion électrique et connectés à l’Europe par des gazoducs, les pays maghrébins sont tenus d’harmoniser leurs positions en termes de négociations afin de renforcer la position maghrébine dans ces domaines, a-t-il suggéré. Pour sa part, le représentant du ministère de l’Énergie et des Mines, M. Mohamed Ras El-Kef, a estimé que cette session qui regroupera les ministres de l’Énergie des pays du Maghreb arabe va évaluer les activités arrêtées précédemment et dessinera les contours de la future coopération dans le domaine de l’énergie. L’Algérie et la Libye, a-t-il indiqué, sont actuellement en négociation en vue de l’établissement d’une interconnexion électrique en ajoutant que le projet est au stade de l’examen de la faisabilité économique.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit....es%20au%20menu