Algérie - Nedjma sous le contrôle de Qtel qui détient 92,1% des parts dans Wataniya Telecom


Cliquer ici pour agrandir

L'Algérie se lancera-t-elle dans une autre aventure, comme celle de Djezzy ?

Le groupe de télécommunications qatari Qtel a annoncé samedi avoir porté de 52,5% à 92,1% ses parts dans le groupe koweitien Wataniya Telecom, selon l’APS. Avec cette acquisition, la filiale algérienne du groupe koweitien, WTA-Nedjma, passe ainsi sous le contrôle de Qtel. L’Algérie fera-t-elle prévaloir son droit de préemption sur le 3e opérateur de téléphonie mobile, comme l’avait laissé entendre, le 10 septembre dernier, le ministre des Finances, Karim Djoudi ?
Le groupe Qtel a racheté 39,61% des actions émises dans le cadre de l’offre publique d’achat (OPA), lancée par le fonds souverain Kuwait Investment Authority (KIA), pour environ 1,8 milliard de dollars. L'offre d'achat de KIA a expiré le 4 Octobre. Kuwait Investment Authority (KIA) « a décidé de présenter une offre complète de sa participation » dans Wataniya Telecom. « Qtel détiendra plus de 90% de Wataniya après l'offre et les actions continueront d'être cotées à la bourse de Koweït », selon une source anonyme citée par Reuters. En mars 2007, Qtel est devenu actionnaire majoritaire de Wataniya Telecom à hauteur de 52,5%, ce qui lui avait permis à l’époque déjà de détenir 71% des actions de Nedjma, la filiale algérienne du groupe Wataniya. Qtel, qui opère dans 16 pays au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, a offert 2,2 milliards de dollars en août dernier pour les 47,5% de parts qu’il ne détenait pas encore dans Wataniya Telecom. Le ministre des Finances, Karim Djoudi, avait déclaré le 10 septembre 2012, en marge des travaux de la 7éme session de la commission mixte algéro-koweitienne, que « si Qtel rachète totalement El Wataniya, donc il y a changement d'actionnariat ». « Et s'il y a un changement d'actionnariat, il y a une règle qui s'applique c'est le 51/49 », avait-il ajouté, laissant entendre que l’Algérie fera prévaloir son droit de préemption sur Nedjma, filiale algérienne du groupe koweitien Wataniya Telecom. « Attendons de voir déjà quand la demande va se poser », avait aussi déclaré Djoudi, non sans renvoyer la balle aux départements de l'Industrie et des Télécoms. « Cette question ne se pose pas pour mon secteur, il faut voir avec les ministères des télécommunications et de l'investissement », a-t-il dit.


Source