François Hollande et Bill Clinton font la pub d’un site de rencontres


C'est bien malgré eux que les derniers présidents de la République se sont vu "convoquer" pour illustrer le lancement d'un site de rencontres extra-conjugales. Selon ce service, ils auraient été plus discrets s’ils avaient eu recours à ce site.

Un site américain de rencontres adultères s'est lancé lundi sur le marché français, avant la Belgique et la Suisse, en utilisant l'image de présidents et célébrités connus pour avoir trompé leur conjointe. Les anciens présidents français François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et l'actuel chef de l'Etat François Hollande, « quel est leur point commun ? » Ils auraient dû penser à AshleyMadison.com, lance le site américain dans sa campagne publicitaire en France et sur sn blog. En Belgique, la stratégie est la même avec les portraits du roi Albert II, du prince Charles et de Bill Clinton dès mardi.

Campagne privée d’affichage

En France, le site AshleyMadison.com n'a pas réussi à trouver d'afficheur. Les organisateurs avaient dans un premier temps annoncé le déploiement de bâches dans deux endroits de la capitale mais ils ont renoncé à cause de la présence de la police qui les attendait, a indiqué à l'AFP un porte-parole de AshleyMadison.com.
A la mi-journée, une bâche « sauvage » a finalement été accrochée sur un pont du centre de Paris. Pour lancer son site de rencontres polémique en France, la plate-forme américaine a détourné les portraits des quatre derniers présidents de la République française avec, sur le visage, la trace d'un ^^^^^^ dessiné au rouge à lèvres, le tout affiché sur des bâches de 3 m sur 6 m.
« La France est aux yeux du monde le pays de l'infidélité, nous avons attendu d'avoir une plate-forme parfaite pour apporter aux Français ce qui leur manquait : la discrétion », a indiqué dans un communiqué le président du groupe, Noël Biderman, surnommé « Le roi de l'infidélité ».


Cliquer ici pour agrandir
Cliquer ici pour agrandir

La Belgique y a droit aussi

« Les photographies des présidents font partie du domaine public », a commenté une porte-parole de la plate-forme, Hélène Antier. En Belgique, il était prévu que quelque 300 affiches de deux mètres carrés soient installées dans les rues de Bruxelles dès mardi.
On devait y voir le roi Albert II, le prince Charles et Bill Clinton. « On nous avait dit que ça allait être très mal perçu en Belgique mais on a réussi à trouver un afficheur », avait expliqué Hélène Antier. Mais, selon la télévision privée belge RTL-TVI, la société chargée de l'affichage, JC Decaux, « a fait marche arrière » et refusé lundi après-midi de déployer ces affiches. La branche belge de la société française n'était pas joignable lundi 22 octobre au soir, pour confirmer cette information.
Lors de son traditionnel message de Noël en 1999, Albert II avait évoqué l alongue crise que son couple avait traversé à la fin des années 60, et avoué avoir un enfant né hors mariage, Delphine Boël, fille de la baronne Sybille de Selys Longchamps avec qui il avait eu une longue liaison.

Et l’Allemagne avant nous

AshleyMadison.com se présente comme la première plate-forme au monde à l'origine du concept de la rencontre extraconjugale. Créé en 2002 au Canada, le site réunit aujourd'hui plus de 16 millions d'utilisateurs, dans 25 pays. Lors de son lancement en Allemagne en septembre, le site avait utilisé les images de Bill Clinton et de Arnold Schwarznegger.

Que les affiches aient été déployées au non ne fait finalement pas tellement de différence, le site canadien a eu, avec cette polémique, son lot de publicité gratuite et sa couverture médiatique assurée. Sans doute l’effet recherché…

Source