Djezzy stoppé

Par hayet zitouni le 06/07/2008 à 07:32

Pendant des années, plusieurs opérateurs mobiles ont foulé aux pieds règlements et directives pour se livrer une guerre commerciale dans une ambiance de jungle. Et Algérie Telecom était malmené sans réaction des autorités. S'imposait le capitalisme sauvage et les plus gros allaient manger les petits sans que cela ne contrarie en rien le gouvernement.

Zohra Derdouri, la nouvelle présidente de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, semble enfin décidée à faire le ménage dans les mauvaises pratiques des opérateurs, avec en ligne de mire l'égyptien Djezzy qui depuis des années mène une guerre commerciale sans merci. Le courage de Mme Derdouri s'est d'abord illustré avec la convocation d'Hassan Kabbani le PDG de l'opérateur, dimanche dernier ainsi que toutsurlalgerie.com l'avait révélé. Les « communicants » de Djezzy avaient beau travestir la réalité, l'opérateur a bel et bien contourné les règles de bonne concurrence et le couperet est tombé : il a cessé son offre promotionnelle vers la France, alors même qu'Algérie Telecom tire de substantiels bénéfices des communications longue distance. Ce bras de fer entre l'ARPT et Djezzy s'explique.

Les autorités ont choisi depuis de nombreuses années de mettre fin au monopole public, ce n'est pas pour en recréer un privé, de surcroît étranger. C'est là un message encourageant adressé à des investisseurs qui souhaiteraient venir en Algérie. Force doit rester à la loi et l'ARPT entend désormais jouer pleinement son rôle. Ainsi Djezzy devra respecter les règlements et ne pas se sentir, en toutes circonstances en terrain conquis.

Djezzy aura bénéficié de la clémence ou de l'incurie des précédents présidents de l'ARPT qui n'osaient s'attaquer à sa position écrasante sur le marché, c'est maintenant terminé. Cette exaspération pourrait également trouver sa source dans les derniers résultats trimestriels de la filiale algérienne du groupe égyptien qui faisaient apparaître, ainsi que l'avait raconté toutsurlalgerie.com, des bénéfices colossaux qui repartaient en Egypte plutôt que d'être réinvestis en Algérie. Les conséquences se sont fait sentir et le réseau de Djezzy est aujourd'hui en bien piteux état, des consommateurs n'ayant de cesse de se plaindre d'un réseau saturé.

Grâce a Djezzy, le consommateur a découvert la téléphonie mobile presque gratuitement comme si les services offerts n'avaient pas un prix réel. Ce prix, Djezzy commence à le payer et au prix fort, mais cela risque d'avoir également des répercussions sur les grandes options gouvernementales. Des conséquences funestes sur le lancement de la téléphonie 3G ? Peut être bien. Cette technologie de dernière génération coûte cher et Djezzy a éduqué le consommateur algérien à payer le moins possible. De quoi être sceptique à l'ARPT sur le lancement de cette offre commerciale qui promet d'être bien plus coûteuse que les promotions chères à Djezzy.

Ce qui aura enfin motivé les sanctions contre Djezzy est, en toile de fond, l'affaire des puces téléphoniques non identifiées. Le gouvernement avait laissé la pleine maîtrise aux opérateurs pour effectuer les identifications et Djezzy est apparu clairement comme le mauvais élève. Avec plus de 4 millions de puces non identifiées il y a encore quinze jours, Djezzy laissait entrevoir que le travail n'a pas été correctement réalisé par ses équipes. Là encore une occasion où Djezzy espère peut-être contourner la loi et se placer en dehors des directives gouvernementales. Mais cela risque bien de ne pas passer avec la présidente à poigne de l'ARPT.

source : http://www.toutsurlalgerie.com/alger...arpt-4103.html