Plusieurs associations françaises se mobilisent contre les expérimentations sur le gaz de schiste que devrait mener la France en Algérie. « Ni ici, ni ailleurs, ni chez vous ni chez nous ! Ni aujourd’hui, ni demain ! Non, c’est non, quelle que soit la technique », expliquent plusieurs associations dans une pétition lancée suite aux confidences faites par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius à quelques journalistes, sur le sujet.
Ces associations (lire la pétition) accusent le gouvernement socialiste français de vouloir faire de l’Algérie « un laboratoire ». Elles dénoncent une France qui considère « ses ex‑colonies comme des laboratoires pour les sales besognes impossibles à mener sur le territoire national ».

Elles accusent également le gouvernement français de volte‑face concernant ce dossier. « Contrairement à leurs vibrantes prises de position sur ce dossier avant la dernière élection présidentielle, une fois au pouvoir, les socialistes et leurs alliés montrent leur vrai visage », disent‑elles. Les déclarations de Laurent Fabius révèlent, selon elles, « le cynisme de ce pouvoir qui n’a aucun scrupule à contredire par les actes ses discours plaidant en faveur des énergies renouvelables et de la préservation de l’environnement ».

Ces organisations rappellent le danger que ferait peser l’exploitation du gaz de schiste sur l’environnement et affirment que toutes les techniques auront les mêmes conséquences. « Quelle que soit la technique utilisée pour libérer les minuscules concentrations de gaz ou de pétrole, la roche‑mère doit être fracturée et les fissures gardées ouvertes, à l’aide de particules injectées par un liquide porteur », expliquent‑elles. « De même, ni la fracturation au méthane, ni la fracturation pneumatique, ni la facturation par arc électrique, ni la fracturation au CO2, techniques extrêmement complexes en soi, ne permettront d’éviter les fuites de méthane et n’inverseront la tendance à l’aggravation de l’effet de serre », ajoutent ces associations.

« Les Algériens peuvent remercier les dirigeants français et algériens qui s’entendent sans vergogne pour envisager ces projets au mépris de leur avenir. Mais nous considérons que leur avenir est aussi le nôtre », concluent ces associations.


source


ben oui, après les essais nucléaires de Reggane, les Français veulent récidiver, et le régime algérien continue à parler de l’Algérie libre et indépendante, mais elle est ou indépendance, si ils continuent a jeter leurs merdes chez nous .............