Tim Berners-Lee : une licence globale 2.0 pour les utilisateurs de Mega et Cie ?


Cliquer ici pour agrandir

Inventeur et défenseur du Web, Tim Berners-Lee veut d’un outil libre pour tous. Il imagine également un système qui permettrait aux utilisateurs de service de partage de fichiers de payer ce qu’ils estiment juste, pour ce qu’ils aiment.

Tim Berners-Lee est l’inventeur du Web. Il l’a non seulement créé mais également défendu à plusieurs reprises, l’a sauvé et a même encouragé sa mue et celle de la société qu’il a profondément métamorphosée.
Lors d’une conférence en Nouvelle-Zélande devant près de 500 personnes, Tim Berners-Lee a donné son point de vue sur divers aspects du Web, tout en rappelant que celui-ci doit rester libre. C’est ce que rapporte le New Zealand Herald qui a assisté à l’événement.

Le bon choix

Sans vouloir commenter l’affaire Megaupload qu’il reconnaît ne pas avoir (assez) suivie, il a donné son point de vue sur les services de partages de fichier en ligne. A en croire le quotidien des antipodes, pour l’inventeur du Web, les utilisateurs des clones de Megaupload devraient se voir offrir la chance de faire « le bon choix moral » et de payer pour ce qu’ils utilisent, ce qu’ils consomment.
« J’aimerais également avoir un système où je lis un blog, ou lis des articles en ligne, gratuitement, mais à la fin du mois j’aimerais pouvoir donner une certaine somme… par exemple 100 dollars à toutes les personnes dont ma machine sait que j’ai apprécié le travail. »
Si le New Zealand Herald ne donne pas plus de détails, on image alors une sorte de « licence globale » individuelle, personnelle, répartie seulement sur les médias consultés, qui fonctionnerait sur la base du volontariat… Un casse-tête technique ? Mais surtout une solution qui implique de repenser totalement les modèles économiques des sites proposant du contenu en ligne. Une position qui implique également de repenser la distribution des biens culturels et leur monétisation...

L’Humanité a du génie

Il a par ailleurs tenu à mettre en garde contre les sociétés privées et les gouvernements qui veulent contrôler Internet. Rappelant avec une humilité écrasante : « L’idée [originelle du Web] était que vous deviez être capable de mettre n’importe quoi sur le Web, le Web ne devait pas représenter une contrainte sur ce que vous faisiez ». Et de finir par une phrase qui mériterait d’être rappelée à ceux qui ne voient dans le Net qu’un outil commercial ou de diffusion de biens formatés et verrouillés : « C’est la quantité incroyable de créativité qui fait le génie [du Web]. Et ça n’a rien à voir avec la technologie du Web, mais tout à voir avec l’Humanité. »

Source