Connexion haut débit à Tamanrasset


La grande arnaque !

Cliquer ici pour agrandir

Nombreux sont ceux qui payent leur abonnement au réseau ADSL sans avoir une bonne connexion. Le pire est que leurs réclamations restent souvent sans suite.

“Halazoun (escargot)”, connu pour sa lente démarche, est le mollusque qu’un fonctionnaire a choisi pour nous décrire la qualité de la connexion internet dans la ville de Tamanrasset. Cette nouvelle ne fera certainement pas l’exclusivité quand on sait que les rapports dressés par les spécialistes en la matière relèguent l’Algérie aux derniers rangs du classement en matière des technologies des télécommunications. To^^^^ois, ce ne devrait pas être une raison pour justifier les vaines dépenses engagées par l’Etat dans cette région géostratégique en vue d’améliorer ce secteur. “Il faut reconnaître que nous sommes en marge de la technologie. Ce qui est à savoir est que nombreux sont ceux qui payent leur abonnement au réseau ADSL sans avoir de connexion. Le pire est que leurs réclamations restent souvent sans suite. Personnellement, je préfère résilier le contrat que de payer des charges fictives”, peste Abdelkader, un habitant rencontré à l’entrée de l’unité des opérations relevant d’Algérie Télécom. Farid, informaticien de son état, regrette le fait que dans l’Algérie du troisième millénaire, on parle de récurrents problèmes de connexion. Cela fait presque 4 mois que je suis venu à Tamanrasset. Croyez- mois, je suis profondément déçu par le retard accusé en matière de technologie des télécommunications. Pour lire un journal on doit passer un bon quart d’heure dans un cybercafé pour le télécharger. On débourse ainsi jusqu’à 45 DA pour lire un quotidien de 10 ou 15 DA sachant qu’à Tamanrasset la distribution des journaux se fait avec un jour de retard. Vous pouvez aller dans n’importe quel cyber ou boîte de prestations informatiques pour confirmer cet état de fait». En effet, une petite virée dans les différents cybercafés de la ville de Tin-Hinan a suffi pour affirmer ce constat, lequel est tout à fait paradoxal aux inscriptions gravées sur les enseignes où l’on peut lire : “Ici, connexion haut débit, 1Mbit”. “Ce n’est pas de notre faute. On aimerait bien satisfaire nos clients. Mais le problème nous dépasse. On est parfois obligé de faire des offres de prix promotionnelles pour fidéliser nos clients. Par exemple pour ce mois on a réduit nos tarifs de 120 DA à 70 DA/h. Mais c’est toujours insuffisant compte tenu de qualité du débit reçu. On ne peut rien faire malheureusement. Ici, soit on accepte cette réalité et on s’aligne, soit on glisse la clef sous le paillasson”, lâche un gérant de cybercafé à Sersouf, quartier le plus huppé de la capitale de l’Ahaggar.

Le directeur de l’unité chargée du réseau ADSL, Ajla Mohammed Abderrahmane, a fait savoir que “le problème de connexion internet incombe à la vétusté du réseau, lequel est de surcroît endommagé par les différents intervenants dans les chantiers de travaux engagés dans la ville. On reçoit des centaines de réclamations par jour. Mais ce qui est à mentionner c’est que les entreprises chargées de réaliser les projets lancés endommagent accidentellement le réseau sans se donner la peine d’aviser nos services, notamment à In Kouf, Tahaggart et Matna Talat”. M. Ajla n’a pas manqué de signaler les acte de sabotage et de vandalisme enregistrés sur le réseau ADSL. “Le vol de câbles est devenu légion à Tamanrasset. A Tahaggart, le câble a été volé en l’espace d’une année plus de 11 fois. La même chose à Sersouf et Guetaâ El-Oued. Les pertes causées par ces vols en 2012 sont évaluées à hauteur de 2,53 millions de DA, et ce, sans compter les pertes liées à l’exploitation et le coût des câbles changés et autres accessoire ou encore les désagréments causés aux abonnés”, a-t-il dit. Parlant des projets inscrits dans la perspective de satisfaire les quelque 5818 abonnés au réseau ADSL, M. Ajla indique qu’un programme portant extension du réseau existant est en cours d’exécution.
“Plus de 20 centrales MSAN (Multiservice Access Net Woork) seront bientôt créées afin de réduire la distance de connexion et du coup permettre aux abonnés de recevoir jusqu’à 80% du débit payé. A cela s’ajoute le réseau de fibre optique réalisé entre la localité d’In-Salah et Tamanrasset, sur 700 km suivant les nouvelles technologies”, conclut-il.

Source