Hichem Lounissi, DSI d’Alliance Assurances « Nous attendons la 3G pour que réellement nos applications soient utilisées »


Cliquer ici pour agrandir

Hichem Lounissi, informaticien, est le DSI auprès d’Alliance Assurances, une entreprise privée d’assurances. Par définition, le directeur des systèmes d’information (DSI) est responsable de l’ensemble des composants matériels (postes de travail, serveurs, équipements de réseau, systèmes de stockage, de sauvegarde et d’impression, etc.) et logiciels du système d’information, ainsi que du choix et de l’exploitation des services de télécommunications mis en œuvre.

IT Mag : Juste avant de commencer notre entretien, pourriez-vous nous relater votre cheminement dans ce domaine et chez Alliance Assurances. Un peu pour que nos lecteurs puissent vous connaître.

Hichem Lounissi
: C’est en 2007 que j’ai intégré Alliance Assurances comme correspondant informatique et quelque temps après, pour des raisons familiales et professionnelles, j’ai quitté cette entreprise pendant six mois. Puis j’ai réintégré Alliance Assurances comme sous-directeur de l’informatique. En ce temps-là, il n’y avait que 50 agences. Aujourd’hui, il y a en plus de 200 réparties sur tout e l’Algérie. Plus tard, j’ai été promu en tant que DSI pour Alliance Assurances.

En tant que DSI d’Alliance Assurances, quelles sont vos tâches ?
En tant que DSI, j’ai deux tâches principales. La première consiste à avoir une infrastructure qui fonctionne tout le temps et quels que soient les problèmes. La deuxième est de faire fonctionner nos applications métier et nos applications pour nos clients. En général, les applications pour nos clients sont des applications qui sont développées pour les smartphones. La DSI se doit d’accompagner l’entreprise et de l’aider autant que peut se faire et régler les différents problèmes. Il ne faut pas oublier que chez nous, l’information est un élément important.

Mais alors que développez-vous comme produits ?
Il y a deux types de produits. Les produits métier qui sont représentés par notre ERP Iris. Il a été développé par notre filiale. Notre ERP Iris est un système intégré pour toutes les agences et en temps réel. Pour cela, toutes nos agences sont connectées à notre serveur. Comme vous le savez, même pour nos connexions, nous avons de la redondance. Nos grandes agences ont généralement deux connexions chez deux fournisseurs différents. Il faut savoir aussi que notre ERP gère trois modules. Le premier est le module « métier », qui consiste dans la souscription, le sinistre et la réassurance. Le deuxième module, aussi important que le premier, est le module « ressources humaines ». Enfin, la comptabilité est le troisième module. Le tout est interfacé. Comme je vous l’ai dit précédemment, tous les modules doivent être online pour que tout le monde puisse travailler car chaque arrêt d’une connexion nous fait perdre de l’argent. C’est pour cela que tout est redondant chez nous. Que ce soit la connexion ou les serveurs. Aujourd’hui, nous avons deux salles machines à Alger mais nous sommes en train d’installer une autre salle machines ailleurs qu’à Alger, en cas de problème. Vous n’êtes pas sans savoir qu’Alger est une zone sismique. De plus, nous sommes en train de mettre en place la reprise automatique dans le cas où un serveur s’arrêterait avec duplication de données. Pour le développement sur notre ERP Iris, il faut qu’il y ait un ticket qui est une demande faite par l’un des services. A partir de ce moment, nous l’envoyons vers notre filiale qui fait le développement et ses propres tests. Ensuite, il nous l’envoie à nouveau et, nous aussi, nous faisons avec le demandeur nos tests. S’ils sont approuvés, alors ce module passe au réel. En plus de cela, il ya toujours du développement, du suivi et du reporting. D’un autre côté, nous avons aussi au sein de notre direction une équipe de 6 ingénieurs de développement pour les applications essentiellement mobiles ou à destination des réseaux sociaux et de nouveaux créneaux. Ce sont essentiellement de petits services pour notre clientèle mais dont le résultat est rapide et pratique comme par exemple la démarche à faire en cas de sinistre. C’est une application qui tourne sous Android qui montre comment faire les démarches et aussi l’assistance. Ainsi, on est pris en charge immédiatement.
Pourriez-vous nous dire un peu plus
sur ces applications…
Il va de soi que ces applications tournent sur des smartphones qui nécessitent une connectivité. Sans la 3G, nos clients se connectent au Wi-Fi. Ce qui est dommage, c’est que sans 3G, le smartphone ne sert presque à rien. Nous attendons le lancement de la 3G pour que réellement nos applications puissent être utilisées par nos clients.

Combien de téléchargements avez-vous jusqu’à aujourd’hui ?
Je n’ai pas le chiffre exact mais je peux vous dire qu’il y a eu plus de 500 téléchargements. Je reviens aux applications que nous considérons comme très importante pour nos clients. Nous avons mis en place une application Agences qui donne la cartographie de nos agences et aussi de leurs coordonnées comme le téléphone, le fax mais aussi l’e-mail. Nous espérons que la 3G puisse être lancée et à partir de ce moment, nos applications feront plus de travail. Nos applications auront un meilleur sens d’autant plus que nos clients ont leur smartphone dans la poche. Si je continue dans ce sens, nous avons aussi développé une application devis auto qui est une application qui vous donne la prime d’assurance et l’agence selon les informations de votre date de permis de conduire, mais aussi de l’année de la voiture et de votre région. Comme je vous l’ai dit, avec la 3G, nous irons plus loin puisque nous avons une application qui permet de noter directement le sinistre et les photos sur son smartphone et que cela puisse être utilisé par nos agences.

Donc vous allez enlever la double-feuille sinistre !
Non, malheureusement, car il faut toujours signer sa feuille de sinistre mais dans le futur, si on introduit la signature électronique, la feuille du sinistre peut être faite directement sur smartphone avec le tiers et les photos et ensuite être engagé dans l’une de nos agences. Cette application n’est pas encore faite car elle dépend de plusieurs facteurs. De plus, toutes nos applications sont gratuites et téléchargeables sur Internet. Nous avons d’autres applications dans notre porte-folio soit sur smartphone, soit sur Facebook que nous allons mettre prochainement à la disposition de notre clientèle.

Avez-vous pensé à équiper vos clients de smartphones ?
Je ne pourrais pas me prononcer sur cela car cette opération ne dépend pas de la DSI. Par contre, je pourrais vous dire que c’est une très bonne idée. Je reviens à nos applications, nous avons aussi développé des applications pour BlackBerry. Vous savez que cela ne s’arrête jamais. Nous restons à l’écoute et nous utilisons tous les moyens pour rester en contact avec le client à travers les réseaux sociaux, le smartphone, les applications et autres…

Permettez-moi de revenir à vos applications métier, donc à votre ERP. Quel est le futur ?
Pour les infrastructures, aujourd’hui, toutes nos données sont redondantes. Et comme je vous l’ai dit, en 2013, nous allons mettre en place un site de backup et un site de reprise immédiate en cas de sinistre à Alger. Tout est dupliqué avec reprise automatique vers le site qui n’est pas en panne. Pour ce qui est de nos liaisons, nous continuerons de travailler avec SLC, IcosNet et Algérie Télécom et mettons en place des liaisons redondantes pour que toutes nos agences soient toujours en connexion. De plus, nous avons eu la validation pour entamer en 2013 la virtualisation de notre ERP. C’est un gros projet qui nécessite des moyens humains et financiers énormes d’autant plus que nous devons tripler le nombre d’agences.

Donc cela nécessite de la formation. Qui y a-t-il de prévu dans ce domaine ?
Pour la formation, nous avons une direction qui s’en charge. Ce que je peux vous dire, c’est que la formation pour nous est importante. D’ailleurs, chaque recrue est automatiquement formée sur notre ERP. Nous avons une équipe de formateurs par région. Et en 2013, on va aller encore plus loin dans la formation aux TIC puisque nous avons prévu des formations sur du traitement de texte et sur des tableurs. D’ailleurs, au moment où je vous en parle, il ya une formation sur Excel sur les métiers de l’assurance. Nous voulons bien faire les choses et pour cela, nous avons une vision sur court mais aussi sur le moyen terme tout en faisant de la veille sur la techno. Je vous ai parlé de virtualisation et nous avons déjà mis des serveurs dans ce mode pour tester et apprendre à mieux appréhender les problèmes qui peuvent survenir.

Source