IL SEMBLE QUE VOUS UTILISEZ ADBLOC POUR BLOQUER LA PUBLICITÉ, AUCUNE PUB INTRUSIVE SUR FDZ ET PAS DE POPUP
FDZ EST GRATUIT DONC MERCI DE DÉSACTIVER VOTRE ADBLOCK ET DE BIEN VOULOIR PARTICIPER ET JOUER LE JEU


PAR SUITE D'ABUS LES SERVEURS CCCAM ET ABONNEMENT NE SONT PAS TOLÉRÉS SUR LE FORUM

Affichage des résultats 1 à 4 sur 4
Share |

Discussion: TIC : la «prise en otage numérique» de l’Algérie face à un moment-clé

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2012
    Messages
    136
    Remerciements
    0
    Remercié 8 fois dans 7 messages
    Pouvoir de réputation
    6

    Par défaut TIC : la «prise en otage numérique» de l’Algérie face à un moment-clé

    L’Algérie a trop dépensé depuis huit ans dans la mise à niveau de ses infrastructures. C’est le point de vue du professeur Benachenhou. Routes, autoroutes, barrages, conduction hydraulique, génération et transport d’électricité, équipements publics, grands aménagements, logements, le budget de l’Etat a mitraillé les projets de milliards de dinars depuis 2004-2005. Il faudrait marquer une pause. Evaluer l’impact sur la croissance de l’activité. Et envisager de réallouer les ressources financières autrement. Car, d’évidence, ces dépenses publiques, si elles ont changé les paysages urbains de l’Algérie, ne génèrent presque que de l’emploi temporaire.
    Le temps d’un chantier. La question mérite pourtant d’être reposée. L’Algérie a-t-elle vraiment achevée son rattrapage infrastructurel ? Du point de vue de la génération du président Bo^^^^^ika, de laquelle se rapproche aussi son ancien ministre des finances, le professeur Benachenhou, la réponse est sans doute oui. Erreur de paradigme. Personne, en 2013, n’évalue ainsi la compétitivité d’un territoire. «La native génération», celle d’aujourd’hui, née dans un monde digitalisé, évalue la qualité des infrastructures d’un «lieu» d’abord à celui de sa connectivité et la numérisation des tâches quotidiennes du citoyen qu’il autorise. Ou pas. Or, sur ce plan, décisif dans la compétition économique mondiale, l’Algérie des années Bo^^^^^ika a aggravé son retard sur le reste du monde. Elle est au seuil de la société de l’information.
    Avec les kilomètres d’autoroutes et les centaines de trémies urbaines, le gouvernement répond à l’enjeu des années 80 des pays industrialisés : faire face à une mobilité galopante de la ressource humaine. L’enjeu central s’est déplacé depuis. Il concerne la mobilité de la Data (données), bien plus que celle, physique, des personnes. Dans les critères d’attractivité des territoires aujourd’hui, «les commodities» (utilitaires) ont évolué. La route, l’eau et l’électricité sont un seuil tacitement acquis. Sans lequel on ne rentre sur aucun classement. L’évaluation, la vraie commence au-delà. Dans les services numériques.
    Or, l’Algérie se classe 104e sur 155 pays dans le monde dans le développement des TIC en 2012 (classement UIT). Elle est sinistrée partout, pénétration d’Internet, accès aux technologies, paiement électronique, e-gouvernance. Si le panel se resserre, comme dans l’étude «Investir dans le futur» de Buisines Software Alliance (BSA), l’Algérie arrive à la 65e place sur 66 pays, évalués sur leur capacité à présenter les conditions nécessaires pour l’établissement d’une industrie des nouvelles technologies. Elle est devancée en Afrique par le Nigeria et l’Egypte.
    Autant dire que l’avenir du pays est déjà hypothéqué sur le terrain des activités qui feront la croissance de demain. L’Algérie a donc rattrapé un wagon à la gare de l’infrastructure. Le train des infrastructures de demain, lui, est parti sans elle. Tout sera numérisé dans les dix prochaines années dans le monde qui compte. Tout proposé à un partage d’information : le contenu du réfrigérateur «monitoré» à distance, l’état de la structure de l’immeuble et sa consommation calorifique, le prix instantané du kilowattheure à la maison, l’évolution du dépouillement électoral par bureau de vote, les places disponibles en maternité en temps réel. Tout sur un terminal qui tient en poche. Grâce à l’Internet mobile.
    Cette entrée dans la société de l’information, le vieux régime algérien, gérontocrate dans ses deux pôles militaires et civil, tente de la repousser au plus loin dans le temps. Car elle est réputée politiquement déstabilisatrice. Le DRS est le véritable régulateur de la fréquence radio, sans laquelle ni 3G, ni 4G ni service Internet mobile, ni industrie du contenu numérique algérien, ni entreprises de software lié à l’Internet ne peuvent se développer. La prise en otage sécuritaire du pays sur ce territoire de l’ouverture numérique est du point de vue de l’avenir sans doute encore plus grave que la déplétion accélérée des gisements pétro-gaziers durant les années Khelil.
    L’information instantanément partagée est le premier critère de productivité dans le monde qui arrive. Le citoyen se met à l’heure du trader boursier. Pour des tâches plus humaines. Qui le libèrent du déplacement inutile, du temps d’attente, de l’affrontement avec l’agent de l’ordre public. Qui restaure sa dignité de citoyen. Cette humanisation par la numérisation qui fait que les pays où il fait le mieux vivre sont aussi ceux qui sont déjà à l’ère du Cloud et donc du web 3.0, le régime algérien la redoute.
    Au point de ne même pas écouter cet argument qui fait des filières des TIC le plus grand gisement d’emplois qualifiés de la prochaine décennie. Bloquées, comme longtemps l’Audiovisuel, par le cynisme du court terme. L’assemblée nationale doit débattre ce printemps de la nouvelle loi sur les TIC. Moment clé, infiniment plus important que l’amendement de la loi sur les hydrocarbures, il y a deux mois. Une loi d’ouverture numérique, et enfin le rattrapage des infrastructures pourra commencer.

    Source : El Watan.

  2. #2
    Date d'inscription
    mai 2008
    Localisation
    perdu
    Messages
    315
    Remerciements
    10
    Remercié 7 fois dans 6 messages
    Pouvoir de réputation
    10

    Par défaut Re : TIC : la «prise en otage numérique» de l’Algérie face à un moment-clé

    je crois que c'est pas ça le problème, mais le problème réel est que personne ne veut bouger pour changer les choses, alors on mérite bien cette situation .

  3. #3
    Date d'inscription
    septembre 2012
    Messages
    329
    Remerciements
    0
    Remercié 3 fois dans 2 messages
    Pouvoir de réputation
    6

    Par défaut Re : TIC : la «prise en otage numérique» de l’Algérie face à un moment-clé

    Et si la DRS n'utilise ou ne sais même pas utiliser les systèmes de cryptage ? Ni GNU/Linux ? Et si la DRS n'utilisait que les anciennes vieilles méthodes ?
    Un message écrit en Kabyle et crypté en PGP ou GPG ou chiffré via un certif SSL, ça passe comme une lettre à la poste en cas de guère sans que l'ennemi puisse décrypter le contenu et le traduire ... mais chez nous ... pas de langue Kabyle (ou de langues alternatives) et pas de TIC ... restez comme vous êtes !

    Ceci pour vous dire, qu'on nous a tellement habitué à utiliser "les boutons" "suivant ==> suivant ==> terminé" qu'il est très facile à un américain de déchiffrer une message crypté avec algorithme de son propre logiciel !
    Se pose alors la question : de la sécurité !

    Oui, il y a une main mise sur le développement du domaine des TIC en Algérie, ceci dit, c'est un nouveau combat qui se rajoute à longue liste qui commence par :

    - Trouver un job
    - Se marier
    - Acheter du lait et du pain ...etc etc.
    ...
    Puis ... jouir des merveilles des nouvelles technologies (le luxe total !) ... vient juste à la fin le Paradis !
    Dernière modification par Yoplalache ; 12/03/2013 à 01h36.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Messages
    516
    Remerciements
    14
    Remercié 11 fois dans 7 messages
    Pouvoir de réputation
    11

    Par défaut Re : TIC : la «prise en otage numérique» de l’Algérie face à un moment-clé

    J'ai bien aimé la dernière phrase de Yop : "Jouir des merveilles des nouvelles technologies (le luxe total !) puis ( Ô délivrance) : LE PARADIS".
    LOL

Discussions similaires

  1. [Problème] Signature numérique et logiciels de chiffrement en Algérie
    Par Yoplalache dans le forum Juridique et administratif
    Réponses: 2
    Dernier message: 24/10/2012, 21h56
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 29/07/2012, 02h23
  3. [Actualités] PowerDVD 10 vs WinDVD 2010 : face à face
    Par NewsBot dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/04/2010, 13h10
  4. [Actualités] Paint Shop Pro X3 / Photoshop Elements 8: Face à face
    Par NewsBot dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/02/2010, 18h10
  5. Un moment opportun pour doter l’Algérie d’un fonds souverain ?
    Par salimdz dans le forum Actu - News High-Tech
    Réponses: 4
    Dernier message: 29/09/2008, 00h55

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
[Auto utilitaire DZ] [Webimag] [Algérie Info] [Guide Algérie] [Mosquée ALBADR MEAUX] [Photographe MARIAGE]

is PageRank Checking Icon