Pas de date définie pour le lancement de la 3G


Cliquer ici pour agrandir

Le feuilleton de la 3G en Algérie est décidément le plus riche de sa catégorie. Si le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication M. Benhamadi en parle pratiquement chaque semaine, il faut malheureusement constater une absence marquée de toute véritable nouvelle information. La dernière fausse nouvelle datant d’aujourd’hui, où le responsable a ôté tout espoir de voir une date de sortie tomber.

En effet, lors de la célébration de la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information aujourd’hui à Sidi Abdellah, ce dernier a évoqué l’impossibilité d’annoncer une date précise tant le dossier serait complexe et ayant une portée nationale. Encore une fois, le rachat de Djezzy est pointé du doigt.

Cependant, doit-on rappeler que le dossier de la troisième génération de la téléphonie mobile a été déclaré finalisé fin mars et que son lancement était prévu mi-avril ? Comment se fait-il que de deux semaines d’attente annoncées, on passe à une date impossible à fixer alors que nous nous apprêtions à l’accueillir? À ce stade, on pourrait se poser la question de savoir si réellement les instances veulent vraiment lancer la 3G « dans les plus brefs délais » comme précédemment annoncé, tant les amalgames de fenêtre de lancement se cumulent et deviennent risibles. Plaisanterie de mauvais goût ? Nous n’en sommes pas loin.

La complexité du projet fait partie des excuses mentionnées du retard. Mais ce genre de « bâton dans les roues » n’est-il pas censé être pris en compte au moment où l’on fait une annonce publique au sujet du lancement. On en arrive à deux conclusions plausibles. Le projet est vraiment mal en point, d’où la communication qui fait preuve d’une vacuité absolue. Soit de sérieux problèmes sont survenus, mais dans ce cas, pourquoi nous laisser dans le brouillard et jouer les fourbes et la carte des non-dits ?

Enfin, si on veut demeurer optimiste, on se permettra de fantasmer sur un lancement en juin, de concert avec la commercialisation du premier SmartPhone algérien réalisé par Condor, moment opportun pour lancer une dynamique jusque-là du côté des abonnés absents.
Tandis que nous nous embourbons sur cette grande question de la 3G, rappelons que les pays voisins et frères que sont la Tunisie et le Maroc, sont équipés de la 3G depuis 3 ans et 5 ans respectivement et planchent sur la mise en place de la 4e génération de téléphonie mobile. Samsung lui, parle déjà d’une 5e génération pour la fin de cette décennie. Tellement loin que nous sommes…

Source