comment surveiller son enfant à travers son GSM ?


Cliquer ici pour agrandir


Je vous remercie d’avoir répondu à ma modeste contribution pour votre rubrique A Vos Plumes. Me concernant, je m’appelle Si Ahmed Hocine, âgé de 52 ans et retraité depuis deux années maintenant. Je souhaite beaucoup de succès à toute l’équipe de N’TIC Magazine.
Vivant dans un monde dominé par une présence technologique envahissante, les familles algériennes subissent impuissamment ce nouveau colon destructeur. L’environnement extérieur actuel fréquenté par nos enfants oblige les parents à doter leur progéniture de moyens de communication afin d’être en liaison permanente avec eux.
Cela entraîne bien sûr un problème de choix d’équipements en fonction des moyens financiers qui mettent parfois en valeur le statut familial que doit donner l’enfant (telle une marque de voiture, un habit, etc.), moeurs nouvelles obligent. Les caractéristiques parfois complexes et innovantes offertes par ces portables donnent l’occasion à l’utilisateur de dépasser l’option téléphonique et d’aller vers Internet.

Ceci engendre un changement dramatique sur le comportement de l’enfant à l’école et surtout au sein de sa famille. J’ai relaté ce constat en guise d’introduction afin d’essayer de justifier, un tant soit peu, une nécessité absolue de suivre son enfant à distance à travers la mise en place d’un logiciel espion pour téléphones portables. Cela bien sûr est condamné par la loi mais au vu des influences néfastes et nuisibles causées à nos enfants, il me semble qu’une installation de ce logiciel espion est nécessaire. Afin de légitimer mon approche, je citerais quelques cas courants de changement de comportement de nos enfants que toutes les mères et tous les pères se doivent de constater.

Mettre le portable de votre fille ou de votre fils sous surveillance n’est pas un mal ni une intrusion intempestive dans sa vie privée. Au contraire, vous jouez votre rôle de parent avec le plus grand sérieux car on ne peut lâcher, par les temps qui courent, son enfant sans ce moyen de liaison. Pourquoi devrais-je installer un logiciel espion sur le portable de ma fille ou de mon fils ? Réponse : pour le protéger.

Argumentation : plus aucune communication n’est possible avec votre enfant ? Il surfe toute la journée, ne fait plus ses leçons en rentrant, garde son téléphone ou sa tablette h24, se connecte au petit-déjeuner, … En bref, toute sa vie est rythmée par cet équipement. Attention car ce genre de comportement à long terme peut entraîner non seulement un isolement de l’enfant par rapport à sa vie sociale à l’école, mais également un échec scolaire potentiel.

Un logiciel espion peut vous aider à dévoiler les zones d’ombre et à mettre le Holà sur ces attitudes adductives ! Il vous aidera à cibler les déplacements de vos enfants grâce à sa fonction de localisation GPS (bientôt aussi grâce à la 3G incha’Allah).

Déballage de sa ou vos vies privées

Vous pensez que Facebook ou Twitter représentent des dangers potentiels en tant que réseaux sociaux ? Vous n’avez pas tort car nos enfants, connectés à ces mondes virtuels, peuvent y faire de très mauvaises rencontres mais aussi se déconnecter complètement de la vie réelle.
L’adolescent ou l’enfant s’expose à un véritable déballage de sa vie privée et familiale et vous pourrez, via ces logiciels espions, surveiller discrètement les réseaux sociaux afin de vous assurer que tout va bien et que rien de trop privé n’est dévoilé sur la Toile. Comment être totalement sûr que votre enfant ne fait pas de mauvaises rencontres sur Internet ? Qu’il n’ait pas accès à des vidéos choquantes ? Que des adultes malveillants ne créent pas de faux comptes Facebook pour entrer en contact avec des enfants ?

En conclusion, je me suis intéressé à ce phénomène car, étant moimême père de famille, on entend partout des mamans et des pères qui vivent très très mal les changements observés chez leurs enfants. Ajoutez à cela un comportement dramatique de nos enfants qui touche profondément la cellule familiale et détruit inévitablement l’avenir de tant de jeunes Algériens.


Source