Banques
La Badr se redéploie

La Banque de l'Agriculture et du Développement Rural (BADR), entend opérer un recentrage radical. Dans ce sens, la banque a procédé dernièrement à un mouvement dans le réseau d'exploitation. C'est dans ce contexte que le P-DG de la banque, M. Boualem Djebbar, se rendra ce week-end à l'est du pays pour une visite de travail et d'inspection de deux jours. Les premiers responsables de la Badr procéderont, au cours de cette tournée qui les mènera dans les wilayas de Constantine, Batna, Oum El-Bouaghi, Tébessa, Guelma et Annaba, à l'installation de nouveaux directeurs régionaux, ainsi qu'à la visite de plusieurs agences dans le but d'impulser une nouvelle dynamique aux représentations locales. Cette sortie, qui survient, près d'un mois après celle effectuée à Djelfa et Laghouat, s'inscrit dans le cadre d'une série de tournées programmées par le staff dirigeant de la Badr, en vue de réinvestir le terrain. Il est vrai que l'institution affiche un réel regain d'activité suite à l'adoption d'un plan d'actions en fonction de la nouvelle stratégie de la banque fondée notamment sur une nouvelle organisation commerciale orientée vers le client. Cette visite conforte également cette volonté de la BADR, en mai dernier, d'un redéploiement de la banque sur les plans national, régional et local. Ce périple à l'est permettra, de surcroît, de vulgariser cette vision novatrice dont l'objectif est de replacer la Badr sur l'échiquier financier national. C'est aussi une occasion propice pour la sensibilisation des employés et des responsables locaux autour du plan d'actions et des objectifs inscrits à travers la nouvelle stratégie de développement des structures de la Badr, en réponse aux attentes des populations locales, en général, et de la clientèle, en particulier.

Dans ce sens, le lancement de nouveaux produits, tels le crédit immobilier en milieu rural, le crédit-bail (leasing), la bancassurance, la monétique et l'appui aux multiples projets initiés dans le cadre des différents dispositifs d'aide (Ansej, Cnac Angem) ou à travers les programmes de soutien à l'agriculture ou spécifiques au sud, aux Hauts-Plateaux et au développement du monde rural, constituent autant de défis pour l'engagement de la banque à s'investir davantage dans le développement de l'économie nationale. La Badr, qui retrouve peu à peu sa vocation originelle de banque agricole, est appelée à contribuer au financement des secteurs de l'agriculture, de la pêche, de l'aquaculture et du monde rural. Ce recentrage des activités a donné naissance à une nomenclature comprenant plus de 300 filières d'activité telles que l'agriculture, l'industrie, l'agroalimentaire, l'industrie des boissons, l'emballage, la chaîne du froid, la pêche et les activités périphériques contribuant au développement rural. D'après les dernières statistiques disponibles, plus de 85 % du portefeuille de la banque se trouvent dans cette nomenclature.
Banque des métiers, la Badr se devait aussi de s'ouvrir à toutes les professions et activités susceptibles d'étoffer son réseau clientèle. Résolument tournée vers la modernisation et l'acquisition des techniques les plus élaborées, cette institution a été pionnière dans l'établissement de relations nouvelles avec le grand public. Améliorer ses services et mettre en œuvre des offres nouvelles : c'est dans un contexte de concurrence de plus en plus vive que des produits et des services bancaires ont vu le jour.

source : http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=11670