G.Fast : une technologie jusqu’au Gigabit sur DSL


Cliquer ici pour agrandir

Alcatel-Lucent et Telekom Austria ont achevé le premier essai de la technologie G.Fast. Plus rapide que le VDSL2, elle permet théoriquement de proposer des débits supérieurs au Gigabit sur une simple paire de cuivre, mais sur de faibles distances.

A l’heure où la France cherche à accélérer le déploiement de la fibre optique, la technologie G.Fast pourrait contribuer au déploiement du THD. L’importance dite du « dernier kilomètre » est fondamentale pour les opérateurs, et c’est précisément ce à quoi répond G.Fast.
Testée par Alcatel-Lucent et Telekom Austria dans des conditions de laboratoire, elle permet d’atteindre des débits jusqu’à 1,1 Gbit/s… sur une distance de 70 mètres. Sur 100 mètres, les débit tombent à 800 Mbit/s, puis deviennent proportionnellement dégressifs même s’il faut aussi prendre en compte la vétusté des câbles de cuivre.
Alcatel-Lucent et Telekom Austria précisent qu’ils ont utilisé une plage de fréquences plus large. Enfin, en utilisant une technologie de vectorisation (modulation et contrôle associés à un vecteur), G.Fast peut fonctionner sur plusieurs lignes de cuivre simultanément.

Les avantages pour le déploiement

G.Fast n’est donc pas approprié à une utilisation sur la longueur des câbles de cuivre, mais bel et bien pour les 100 derniers mètres au maximum – et qui sont souvent les plus contraignants : avec G.Fast, plus besoin de tirer un quelconque câble jusqu’au domicile de l’abonné. Ainsi, les opérateurs pourraient déployer de la fibre optique à loisir en conservant l’infrastructure existante pour les derniers mètres avant la liaison jusqu’aux foyers, promettant ainsi des débits très élevés.
Alcatel-Lucent et Telekom Austria restent to^^^^ois prudents : la technologie n’est pas standardisée même si elle pourrait l’être dès l’année prochaine. Ce qui signifie qu’un déploiement aurait lieu, au mieux, à un horizon de 4 à 5 ans.


Source