Quant NanoFlowCell, l'électrique à l'eau salée – Salon de Genève 2014


Cliquer ici pour agrandir

La société NanoFlowCell a présenté au Salon de Genève son prototype de voiture sportive électrique Quant. Une particularité, elle fonctionne à l'eau salée.

Une petite société du Lichtenstein, NanoFlowCell, a présenté à Genève un très intéressant prototype de voiture électrique qui utilise une technologie novatrice pour son énergie. Le projet Quant est une sportive monocoque à 4 places de belles dimensions (5,24 m de longueur et 2 mètres de largeur) qui est animée par quatre moteurs électriques disposés dans chacune des roues. Chacun de ces moteurs développe une puissance maximale de plus de 200 ch soit un total cumulé de 920 ch.

Une belle valeur mais qui est éclipsée par le couple monstrueux de ces moteurs électriques qui sont annoncés à 2,900 Nm chacun. Avec une telle puissance et un tel couple, la société NanoFlowCell revendique pour son prototype une vitesse de pointe de 380 km/h ainsi qu'une belle capacité d'accélération : 2,8 secondes pour effectuer le 0 à 100 km/h.

Le plus intéressant reste to^^^^ois son mode d'alimentation. Le proto Quant retient en effet une solution novatrice, une combinaison de batteries et de pile à combustible utilisant de l’électrolyte liquide, à base d'eau salée, laquelle est conservée dans deux réservoirs. Le principe de batteries à flux n'est pas nouveau. On en connaît plusieurs, mais celui retenue par NanoFlowCell est de type Redox. Ces batteries stockent l'électricité et la génèrent par une réaction d'oxydoréduction. Dans son principe deux électrolytes liquides contenant des ions métalliques dissous traversent un feutre de graphite poreux où sont insérées les électrodes. Ce qui génère un courant électrique. Au début de leur développement ces batteries ne pouvaient pas stocker autant d'énergie que les désormais connues batteries au lithium. Mais de récentes avancées ont permis de multiplier leur capacités par cinq ce qui leur confère une capacité enfin comparable à celle des batteries lithium. Avec deux réservoirs de 200 litres, la Quant NanoFlowCell revendique ainsi une autonomie de 400 à 600 km.

Ce qui est très remarquable c'est que . L'électrolyte déchargée est simplement pompé hors du réservoir et remplacée avec un liquide chargé. L'électrolyte déchargée peut être ensuite rechargé en en énergie grâce à des panneaux solaires ou même une éolienne. NanoFlowCell croit beaucoup au développement de sa technologie en automobile. "Le premier prototype roulant déclenchera rapidement l'apparition d'idées exclusives et novatrices au profit des recherches actuelles en matière de développement des batteries, en particulier dans le domaine des technologies de flux cellulaire" ont déclaré les dirigeants ce la société du Lichtenstein. NanoFlowCell espère d'ailleurs produire quelques exemplaires de sa Quant pour la commercialiser d'ici 2015.


Source