Entente sur les prix pratiqués par AMD et NVIDIA

Jeudi 17 juillet 2008 à 01:30

Cliquer ici pour agrandir
Zoom

Après qu’un juge a eu connaissance d’un email prouvant soi-disant qu’AMD (à l’époque ATI) et NVIDIA se sont entendus sur les prix de leurs cartes graphiques, les deux sociétés vont devoir rendre des comptes.

Revirement de situation

Le premier juillet dernier, NVIDIA, AMD et 51 demandeurs à l’action, organisés en class action, étaient devant un juge pour voir s’il y avait vraiment raison de penser que les fabricants de cartes graphiques s’étaient entendus sur les prix. La procédure a démarré au mois de mai de l’an dernier (cf. « Entente sur les prix : 51 nouvelles plaintes contre Nvidia »).
Le juge était au départ relativement sceptique selon la revue National Law Journal. Lorsqu’il a demandé ce que les demandeurs avaient comme argument pour justifier leur position, les avocats ont lu un email relatant une conversation entre les dirigeants des deux firmes sur comment maintenir des prix élevés. À la fin de la lecture, le juge s’est tourné vers les avocats représentant les plaignants en leur affirmant que ce n’était pas un mauvais document et que même si ce n’était pas un « home run », il couvrait une « base ».

L’email ?
Que disait cet email ? Dan Vivoli, vice-président marketing pour NVIDIA explique à Dave Orton, chef des opérations chez ATI qu’il :
« pense que nous [NDLR ATI et NVIDIA] devrions travailler plus ensemble sur le front marketing. Comme toi et moi l’avons évoqué, même si nous sommes des concurrents, nous avons comme objectif commun de faire que notre marché soit un terrain bien positionné et respecté. Des actions de 5 $ et 8 $ sont le résultat d’un manque de respect »
On peut comprendre que Dan Vivoli explique que le but des deux compagnies est de faire grossir le marché des GPU, ce qui a conduit le juge à dire qu’un jury aurait surement envie de lire cet email.

Revers
Ce commentaire est venu s’ajouter à un échange houleux entre le juge et les avocats des fabricants de GPU. Il leur reprochait d’avoir scellé une foule de documents en prétendant qu’il s’agissait de secrets commerciaux. Le juge leur a rappelé que si la procédure avançaient plus loin, rien ne pourrait être scellé. Plus tard durant l’audience, le juge a même clairement dit aux plaignants qu’ils avaient sa permission pour obtenir tous les documents qu’ils voulaient, aussi insignifiant soient-ils. On s’attend à ce que de nouvelles perquisitions aient lieu, en plus de celles qui ont déjà été ordonnées.

Bref, NVIDIA et AMD ont dû faire face à un changement de situation pour le moins désagréable. Certes, aucune décision de justice n’a été prise pour le moment, et la procédure va être encore longue, mais les deux sociétés pourraient se retrouver dans une situation particulièrement difficile si jamais elles sont reconnues coupables.

source : http://www.presence-pc.com/actualite...MD-prix-30454/