À la faveur d’un partenariat avec l’Allemand Europoles Pfleiderer
Cevital produira des mâts en béton précontraint et centrifugé

Cliquer ici pour agrandir

Ce partenariat devrait permettre à terme à l’Algérie de passer du statut d’importateur de mâts à béton à celui d’exportateur.

Deux contrats ont été signés en marge du forum économique algéro-allemand organisé, mercredi, à l’hôtel Sheraton d’Alger. Le premier concerne une joint-venture entre Cevital, à travers Cevico sa filiale, et l’entreprise Europoles, Pfleiderer GMBH et CO.KG, leader mondial dans la production de mâts en béton précontraint et centrifugé pour le transport de l’énergie électrique, y compris de haute tension. La joint-venture ainsi créée portera le nom de Cevipoles et amènera un transfert de savoir-faire et une création d’emplois en Algérie. Ce partenariat devrait permettre à terme à l’Algérie de passer du statut d’importateur à celui d’exportateur. Les mâts en béton seront produits au niveau des usines de la filiale de Cevital, Cevico, situées à l’Arbaâ Beni Moussa, Hassi Ameur (Oran), une troisième usine sera lancée dans quelques jours et sera opérationnelle au début de l’année prochaine. Contrairement aux pylônes utilisés actuellement en Algérie, les mâts en béton précontraint et centrifugé sont plus esthétiques et moins coûteux, car ils demandent moins d’entretien. Leur durée de vie est beaucoup plus longue. Par ailleurs, la majorité des produits entrant dans la production du mât en béton, le ciment, le gravier…, est locale. On utilise peu de fer. Les pylônes en acier sont par contre beaucoup plus chers et les composants sont à 80% importés. En produisant des mâts en béton précontraint et centrifugé, non seulement Cevital fait économiser de la devise au pays, mais aussi fait passer notre pays de stade d’importateur au stade d’exportateur. Cevipoles pourrait à moyen terme proposer une gamme étendue de produits depuis les petits mâts d’éclairage aux tours de télécommunications de 130 m de hauteur en passant par les mâts pour les panneaux publicitaires et les supports de lignes de 20 à 50 m. Techniquement, contrairement au procédé traditionnel, dans le cas du béton centrifugé à haute résistance, les aciers de précontrainte sont soudés aux armatures circulaires et sont dudgeonnés aux deux extrémités du moule. Le béton à haute résistance de formulation spéciale est coulé dans la demi-coquille inférieure du moule. Les deux demi-coquilles sont assemblées entre elles et les aciers de précontrainte sont mis en tension. Pour compresser le béton par centrifugation, les rouleaux en acier tournent à environ 600 tours/mn autour de leur axe longitudinal. Le béton frais est plaqué sur les parois du moule à une force égale à environ 20 fois la gravité. Ce qui permet d’obtenir un béton d’aspect lisse en surface, non poreux et de grande rigidité. Au-delà de son faible coût, de sa longévité et de sa rigidité, le pylône en béton occupe moins d’espace, contrairement aux monstres d’acier que nous observons dans nos champs. En plus, l’assemblage rapide des nouvelles lignes haute tension avec un seul pylône pour deux circuits est possible, le coût d’assemblage est très faible et la maintenance réduite. Le deuxième contrat porte sur la signature d’une convention cadre relative à la formation entre l’entreprise allemande Knauf Internationale et le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels. Il s’agit de mettre en place un partenariat actif dans le but de promouvoir la formation et l’enseignement professionnels.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=97002