INSATISFAITS DES AUGMENTATIONS DE SALAIRE ACCORDÉES PAR SONATRACH

Les travailleurs de Hassi-R’mel menacent de débrayer

Cliquer ici pour agrandir

Ils ont rejeté les termes de l’accord conclu mercredi dernier entre la direction générale et le Syndicat national de Sonatrach et exigent une augmentation équitable et conséquente pour tous les employés de Sonatrach sans distinction.

Les travailleurs de Hassi-R’mel ont donné avant-hier un ultimatum jusqu’au 31 juillet 2008 aux dirigeants de l’entreprise Sonatrach pour satisfaire leur plate-forme de revendications, sinon ils observeront une grève illimitée. La décision a été prise par les 2 000 travailleurs réunis dans la soirée d’avant-hier en assemblée générale des travailleurs à la base des 1 000-Studios de Hassi-R’mel.

La rencontre a été présidée par le secrétaire de la Fédération des pétroliers, M. Benazouz, et le secrétaire général du Syndicat national de Sonatrach, M. Lamouri, qui ont, durant plus de deux heures, tenté de convaincre une salle surchauffée, en vain.

Les travailleurs ont non seulement rejeté les termes de l’accord conclu mercredi dernier entre la direction générale et le Syndicat national de Sonatrach qui prévoyaient notamment une revalorisation de salaire entre 15 et 30% et une augmentation de salaire de 6% pour plus de 28% de l’effectif, mais exigent une augmentation équitable et conséquente pour tous les travailleurs de Sonatrach sans distinction. Les travailleurs ont longtemps insisté sur le problème de l’Indemnité de zone et des conditions de vie (IZTV) en demandant que la cotisation de cette indemnité soit indexée sur le SNMG, tout en étant soumise pour les agents de la relève. M. Lamouri leur a répondu que le dossier des IZTV se trouve entre les mains du ministre du Travail et d’autres ministères, y compris celui de l’Énergie. La réponse ne semble pas convaincre les travailleurs qui exigent des réponses claires de la part des responsables de l’entreprise eux-mêmes dont ils déplorent d’ailleurs leur absence à cette réunion.

L’autre point abordé par les travailleurs lors de cette assemblée concerne la prime de risque qui, selon eux, n’a pas été prise en compte par les dirigeants de la compagnie bien que la zone du Sud ait été décrétée par le président de la République en personne, comme “zone à hauts risques”, ont-ils précisé.

Les travailleurs ont demandé que toutes les familles des travailleurs morts sur chantier, soient prises en charge par Sonatrach comme ils ont défié les responsables de Sonatrach à venir vivre quelques jours en leur compagnie pour sentir mieux la douleur et les souffrances des travailleurs du Sud, ont-ils martelé. M. Benazouz et M. Lamouri interviennent tour à tour pour expliquer les termes de l’accord et ses côtés positifs en précisant que les autres points, notamment les IZTV, sont en cours d’examen, mais des voix s’élèvent de la salle pour exiger des échéances et des dates, et surtout la présence des dirigeants de l’entreprise à Hassi-R’mel. Les travailleurs ont lancé à l’issue de cette réunion un ultimatum de 15 jours aux responsables de Sonatrach pour satisfaire leur plate-forme de revendications. Passé ce délai, des assemblées générales seront organisées au niveau de toutes les bases de vie du Sud pour voter le préavis de grève.

Pour rappel, les travailleurs de Hassi-R’mel avaient voté le mois dernier une plate-forme de revendications de 8 points exigeant qu’elle soit satisfaite avant le 15 juillet. La direction générale de Sonatrach et le syndicat national se sont réunis les 13 et 14 juillet et sont arrivés à un accord sur plusieurs points, notamment une revalorisation de salaire entre 15 et 30%.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit....0d%C3%A9brayer