Samsung contre-attaque et traîne NVIDIA en justice


Cliquer ici pour agrandir

Après avoir été poursuivi pour violation de brevets, Samsung en appelle également à la justice. La société attaque NVIDIA sur les mêmes motifs et estime que ses tests peuvent induire en erreur les potentiels acquéreurs de tablettes Shield.

Après avoir longtemps bataillé contre Apple, Samsung se lance à nouveau dans une guerre des brevets. Le groupe attaque NVIDIA devant les tribunaux américains et estime que la société a enfreint pas moins de 6 brevets lui appartenant. Il considère également que NVIDIA induit en erreur ses clients sur les performances de plusieurs produits. Une dernière accusation que rejette le professionnel.

Samsung critique en effet plusieurs tests réalisés pour la tablette de la gamme Shield et considère que cette dernière n'est pas aussi puissante que le groupe le prétend. La société met également en cause les tests réalisés par NVIDIA, estimant que le processeur Tegra K1 propose de meilleures performances que l'Exynos 5433 sur le Galaxy Note 4. Pour la société sud-coréenne, d'autres tests réalisés par des tiers n'obtiennent donc pas les mêmes résultats, précise Law360.

Outre cette critique de fond, Samsung attaque NVIDIA sur le terrain de la propriété intellectuelle et considère que 6 brevets ont été utilisés sans aucune autorisation. La société n'est pas la seule cible de cette attaque puisque Velocity Micro, une entreprise qui utilise le GPU NVIDIA, est également visée sur 2 brevets.

Cette attaque est la conséquence directe du premier coup de semonce lancé par NVIDIA en septembre dernier. La marque a en effet accusé Qualcomm et Samsung d'avoir violé plusieurs brevets pour lesquels elle détient des droits. Ces documents concernent en particulier des technologies présentes dans des terminaux tels que le Galaxy Note 4 ou bien encore le Galaxy Note Edge.

NVIDIA estime de son côté que plusieurs firmes utilisent gratuitement des technologies lui appartenant et tirent ainsi des bénéfices de la vente de leurs terminaux. Le groupe entend donc demander à ce que les constructeurs puissent lui verser une part de cette manne.

Source