IL SEMBLE QUE VOUS UTILISEZ ADBLOC POUR BLOQUER LA PUBLICITÉ, AUCUNE PUB INTRUSIVE SUR FDZ ET PAS DE POPUP
FDZ EST GRATUIT DONC MERCI DE DÉSACTIVER VOTRE ADBLOCK ET DE BIEN VOULOIR PARTICIPER ET JOUER LE JEU


PAR SUITE D'ABUS LES SERVEURS CCCAM ET ABONNEMENT NE SONT PAS TOLÉRÉS SUR LE FORUM

Affichage des résultats 1 à 3 sur 3
Share |

Discussion: [Rapport ARPT 2013-2014] L’Algérie ... Déconnectée des TIC !

  1. #1
    Date d'inscription
    février 2011
    Localisation
    Tizi - Ouzou
    Messages
    7 804
    Remerciements
    342
    Remercié 893 fois dans 556 messages
    Pouvoir de réputation
    21

    Erreur [Rapport ARPT 2013-2014] L’Algérie ... Déconnectée des TIC !


    [Rapport ARPT 2013-2014] L’Algérie … déconnectée des TIC et à l’épreuve de l’évolution !


    Cliquer ici pour agrandir

    L’autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a révélé pour la première fois, la contribution des TIC au PIB national dans l’édition 2014 de son rapport annuel de l’observatoire du marché des télécommunications (non encore publié), dont Reporters détient une Copie.

    Avec une moyenne mondiale de 7% , les TIC en Algérie ne contribuent qu’à hauteur de 2,9% seulement au PIB National , un chiffre jugé trop faible par le Gendarme des Télécoms et par les spécialistes du domaine.

    Cela témoigne de l’immense retard qu’accuse l’Algérie dans ce secteur stratégique. Cette faible contribution, qui contraste avec le taux avancé par le ministère de tutelle, témoigne du chemin qui reste à parcourir pour rattraper le retard… Le défi technologique reste entier.

    La part des TIC au PIB national est pour le moins médiocre, comparée aux performances des marchés tunisien et marocain, pour ne citer que ces deux pays, quand bien même la stagnation du secteur a été rompue depuis le lancement des services 3G. Le taux donné dans le rapport de l’ARPT vient également contredire certaines statistiques offi cielles attribuant aux TIC une contribution de 4% au PIB. Quoi qu’il en soit, une contribution de 2,90% dans un produit intérieur brut de 210,2 milliards de dollars en 2013 dégagerait une valeur de 6,0958 milliards de dollars. Si l’évolution du secteur des TIC est calculée suivant sa contribution au PIB, elle est manifestement en deçà des chiff res que l’on ne cesse de chanter sur tous les toits. Les responsables du secteur, encouragés par les dernières statistiques de la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) attribuent au secteur une nette évolution de ses agrégats, eu égard à sa part dans le PIB.

    Nos Voisins Maghrébins font mieux

    avec ses 2,90% ou 4% de part au PIB, l’Algérie est bien loin de la moyenne mondiale, qui est de 7% du PIB. L’Algérie est également en perte de vitesse par rapport à ses deux voisins directs, où la contribution des TIC au PIB marocain est de 7%, tandis qu’elle est supérieure à 13% en Tunisie. L’évolution du secteur de la téléphonie mobile a connu un net ralentissement en 2012 à travers la saturation dont atteste la densité téléphonique représentée par le nombre d’abonnés pour 100 habitants, qui a atteint, en 2012, les 107,98, soit 99,3% pour la téléphonie mobile et 8,70% pour la téléphonie fixe. La libéralisation du marché de la téléphonie mobile de 3e génération est susceptible d’améliorer les performances du secteur dans les années à venir.

    Idem pour les retombées attendues du projet 4G/LTE lancé par Algérie Télécom. Quoi qu’il en soit, les enjeux technologiques, économiques et commerciaux demeurent fort importants. Cela est d’autant plus vrai dans un marché qui monte en saturation, mais qui s’emploie à trouver de nouvelles perspectives à travers le lancement de la téléphonie mobile 3G et la 4G filaire.

    La Téléphonie fixe à la Traîne

    Le segment de la téléphonie fixe semble avoir été « épargné » par l’évolution vu que depuis 2010, il s’enracine dans les 8,10% de télédensité en 2013, pour un total d’abonnés de 3 132 829, tous à l’actif d’Algérie Télécom, répartis entre 2 718 234 abonnés directement au réseau filaire et 414 595 au WLL (téléphonie fi xe sans fi l). Ils lui rapportent en moyenne 1887 DA pour abonné et par mois. A son actif également, le nombre d’abonnés à l’ADSL, établi par l’ARPT, à fin 2013, à 1 297 868.

    Comparaison avec nos Voisins

    L’Algérie fait beaucoup moins bien que ses voisins immédiats comme le Maroc ou la Tunisie, pourtant moins nantis en termes de ressources financières et de potentialités économiques. Le Maroc, sur le seul segment de la téléphonie fixe, peut se targuer d’avoir un marché concurrentiel avec trois opérateurs qui se départagent 4 millions d’abonnés entre clients résidentiels et professionnels.

    Il est loin en ce qui concerne la pénétration à Internet où fin septembre 2014, le parc global des abonnés Internet affiche un taux de croissance trimestriel de 8,98% et annuel de 62,80% avec un taux de pénétration de 25,61% pour un total de plus de 8 millions d’abonnés à l’ADSL. Là aussi, le marché est très concurrentiel avec une multitude de fournisseurs d’accès à Internet.

    En Algérie, seule Algérie Télécom détient le marché. On se souvient qu’une étude du Mc- Kinsey Global Institute sur l’environnement des TIC en Afrique avait classé l’Algérie « en dessous de son potentiel ».

    Dans son étude, avec pour nom « Lions go Digital : the Internet’s Transformative Potential in Africa » (le potentiel de transformation d’Internet en Afrique), le McKinsey Global Institute a mesuré les capacités des pays d’Afrique à tirer profit des technologies numériques pour développer leur économie, en suivant une hiérarchie à partir d’un indice qu’il a développé, le « i5F », dont les résultats ont reposé sur l’existence d’une stratégie nationale en faveur des TIC, le niveau d’infrastructures, l’environnement dans lequel évoluent les entreprises, le matelas financier du pays pour faire face aux dépenses liées aux TIC et, enfin, la présence d’une compétence technologique locale.

    Ce faisant, l’Algérie a été considérée par le McKinsey Global Institute comme un pays en dessous de son potentiel réel. Malgré la solide assise financière dont dispose l’Algérie, elle se retrouve au niveau de l’Angola, de l’Ethiopie et du Nigéria, où l’Internet représente moins de 1 % du PIB national.

    Si l’Etat investit 5 milliards de dollars, entre 2012 jusqu’à 2016, uniquement dans le secteur des TIC, sans qu’une dynamique économique ne soit créée autour de ce secteur stratégique pour les économies développées et émergentes, il y a de quoi s’inquiéter quant à l’efficacité économique du secteur des TIC. La raison en est que ce secteur est pratiquement en liaison directe avec les autres secteurs économiques, allant du système financier et bancaire jusqu’aux industries les plus lourdes. En dépit des résultats des investissements réalisés dans le domaine des TIC jusqu’à maintenant, il est nécessaire de souligner que l’économie mondiale repose aujourd’hui sur la performance technologique dans le domaine de l’information et de la communication. Le gouvernement n’a pas d’autre choix à faire que d’investir efficacement dans ce secteur pour, au moins, rattraper le retard considérable signalé à chaque fois par les spécialistes du domaine.

    l’Etat doit s’impliquer davantage dans ce saut technologique s’il veut que ce secteur soit un secteur productif qui a son apport à l’économie nationale.


    Source : AndroiDZ

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages
    397
    Remerciements
    87
    Remercié 20 fois dans 13 messages
    Pouvoir de réputation
    0

    Par défaut Re : [Rapport ARPT 2013-2014] L’Algérie ... Déconnectée des TIC !

    Je cris toujours pour la concurrence ya aucune échappatoire mais c'est la stricte vérité bande de voleur,2Mbps 4Mbps 8Mbps c de la mer......... par rapport a la fibre et il son content les cona...........il ont fait un grand pasCliquer ici pour agrandir,ca fait 15 jours que je surf avec la 30Mbps ouallah loin de dire quand a une connexion adsl 3ibbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb
    Dernière modification par MouHaa ; 13/12/2014 à 09h26.

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2012
    Messages
    8
    Remerciements
    0
    Remercié 0 fois dans 0 messages
    Pouvoir de réputation
    0

    Par défaut Re : [Rapport ARPT 2013-2014] L’Algérie ... Déconnectée des TIC !

    Moi l'après midi c'est la cata chute de débit 3ko/s est sa depuis presque 2 mois et Personne chez AT a pus reglé mon PROBLEME

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
[Auto utilitaire DZ] [Webimag] [Algérie Info] [Guide Algérie] [Mosquée ALBADR MEAUX] [Photographe MARIAGE]

is PageRank Checking Icon