Cliquer ici pour agrandir



Google se prépare à abandonner ses Chrome Apps, avec un plan en plusieurs phases. L’éditeur justifie ce choix en expliquant que les raisons qui l’avaient poussé à les mettre en place ne sont aujourd’hui plus valable, car le web a évolué.

Lorsque Google a introduit les Chrome Apps il y a environ trois ans, elles devaient répondre à des besoins que les extensions et autres produits conçus à partir de technologies du web ne pouvaient couvrir. Pour mémoire, ces « apps » sont téléchargeables via le Chrome Web Store et disponibles via le bouton Applications de la barre personnelle.

Prenant appui sur Chrome comme plateforme de développement, les éditeurs avaient notamment la possibilité d’inclure du code binaire, chose impossible avec les extensions. Les Apps étaient également exploitables telles quelles sur Chrome OS.

Le décor a cependant changé. Les technologies du web ont évolué, et des éléments tels que les Service Workers (tâches en arrière-plan) ou les notifications push sont maintenant utilisés par de nombreux développeurs. Tout ce que ces technologies réclament, c’est un navigateur récent. Google n’hésite d’ailleurs pas à dire que le principal bénéfice est justement qu’elles ne sont affiliées à aucun logiciel en particulier.

Fin du compte à rebours pour début 2018

Comme l'a indiqué l'éditeur vendredi soir, les motivations derrière création des Chrome Apps disparaissent donc, Google renvoyant vers les Progressive Web Apps. Le plan prévu est de faire disparaître les premières dans un délai de deux ans, avec plusieurs phases. La première interviendra à la fin de l’année, Google réservant alors toutes les nouvelles Apps à la seule plateforme Chrome OS. Par contre, les Apps existantes pourront non seulement continuer à être utilisées, mais également être mises à jour.

Dans la seconde moitié de 2017, les utilisateurs de Chrome – le navigateur – ne verront plus les Apps dans le catalogue des extensions. Celles qui sont installées pourront cependant encore être utilisées. Début 2018 to^^^^ois, le couperet tombera : Chrome ne sera plus en mesure de charger les Apps. Seul Chrome OS le pourra, jusqu’à une date qui n’a pas été communiquée. Google indique que cette situation perdurera « dans un avenir prévisible ».

1 % seulement des utilisateurs

L’éditeur évoque ainsi, sans vraiment le dire, un échec. Les Chrome Apps se séparent en deux groupes, les applications empaquetées (packaged) et celles qui sont hébergées. Celles que l’on trouve actuellement dans le catalogue sont les empaquetées. Or, Google indique que seuls 1 % des utilisateurs sous Windows, macOS et Linux se servent de ces applications. Un chiffre sans doute bien insuffisant pour justifier un quelconque entretien.

Dans l’idéal, Google aimerait que les développeurs migrent leurs projets vers les Progressive Web Apps, dont l’objectif est le même : proposer des applications dont l’interface et les performances semblent natives. Ce qui suppose que toutes les fonctionnalités trouvent un écho dans les API actuellement proposées. Mais Google sait que ce n’est pas toujours le cas et invite les développeurs à se manifester pour indiquer où le travail sur les API devrait être prioritaire.

On remarquera néanmoins que la lutte pour faire de Chrome une plateforme à part entière n’est sans doute pas aussi simple que l’éditeur l’avait imaginé. Des mouvements tels que les Chrome Apps ou le mode plein écran de Windows 8 (qui n’était qu’une reprise de l’interface de Chrome OS) pouvaient sembler justifiés quand la croissance de Chrome semblait irrésistible. Mais les usages, eux, n’ont pas évolué avec la même célérité que la part de marché du navigateur.


source : http://www.nextinpact.com/news/10104...s-et-linux.htm