Bo^^^^^ika dresse un tableau noir de ses deux mandats et déclare
« Nous avons cru emprunter le chemin qui mène vers le Paradis ».

Cliquer ici pour agrandir

Le président de la République Abdelaziz Bo^^^^^ika a dressé un tableau négatif de ses neuf années passées au Pouvoir. Selon lui « l’investissement a engendré des compagnies privées parasites », les entreprises soumises à la privatisation ne trouvent pas d’acheteur et le chômeur préfère « travailler comme gardien de nuit au lieu de travailler dans le secteur du bâtiment ou de l’agriculture ». Il est arrivé à une conclusion qui a de grandes significations « nous avons cru emprunter le chemin qui mène vers le Paradis ».

Lors d’une rencontre avec les présidents d’APC et d’APW, des membres du staff gouvernemental ainsi que des walis, le Président de la République est apparu mécontent de ses deux mandats. Après environ 10 ans au Pouvoir, Bo^^^^^ika est arrivé à la conclusion suivante « nous avons cru emprunter un chemin qui mènerait vers le Paradis, aujourd’hui il faut une révision radicale de plusieurs choses maintenant que nous savons que ce n’est pas la voie vers le Paradis ». Tout en dressant ce tableau noir de son activité à la tête de l’Etat il a précisé qu’il faisait une auto critique « je n’incrimine aucune catégorie ni personne en particulier ».

En ce qui concerne le domaine de l’emploi, il a été intransigeant avec les chômeurs qui refusent de travailler dans certains secteurs « il existe dans certaines wilayas des opportunités de travail dans le bâtiment et l’agriculture mais ce sont des secteurs qui font fuir les chômeurs qui préfèrent travailler comme gardien de nuit dans l’administration…ces gens là ne sont pas des chômeurs pour moi mais des fléaux ».

Pour ce qui est de l’image de l’Algérie à l’étranger, cette dernière « est un pays connu pour sa drogue, son Trabendo et ses fléaux sociaux ». Il a critiqué le secteur de l’Investissement, en particulier les privés. « L’Algérie est un pays étrange, l’endroit où il n’y a pas de salles de cinéma ne verra jamais personnes investir dans ce domaine…est-ce logique ?...si le secteur privé signifie investir dans les boissons gazeuses et moudre du blé, nous n’en avons que faire ». Il a parlé d’entreprises parasites sans les nommer « est ce normal de donner les mêmes avantages à un investisseur qui ramène un million de dollars et un autre qui en ramène 5 ? ».

Le Président de la République n’a rien laissé, il a abordé tous les domaines sauf celui qu’on attendait, la révision de la Constitution et si oui ou non il souhaitait être reconduit pour un troisième mandat.

source : http://www.elkhabar.com/quotidienFrE...106&ida=117410