Ils réagissent

Mohamed Baïri, P-DG d’Ival et président de l’association des concessionnaires “Nous voulons investir en Algérie”
“Nous sommes avant tout des Algériens et nous voulons investir dans notre pays. Nous travaillerons pour nos enfants. Il est difficile de faire le point sur l’impact d’une telle décision mais une chose est certaine, il y a des clients qui ont déjà annulé leurs commandes. Il est clair que nous devons respecter la loi. Mais nous demandons pour le moment d’ajourner son application le temps de voir mieux.”

Omar Rebrab, P-DG de Hyundai Motor Algérie “Nous aurions préféré être d’abord consultés”
“Nous aurions préféré être d’abord consultés. Nous nous retrouvons entre le consommateur et les pouvoirs publics. Ils auraient dû nous laisser un délai pour informer nos clients et leur dire qu’à partir d’une certaine date, une taxe sera effective. Nous avons des clients qui sont en pleine procédure d’achat et attendent la réception de leur véhicule, et dès qu’on leur demande de payer le montant de cette taxe, ils se trouvent dans l’incapacité de s’en acquitter. Deux solutions se présentent devant eux : soit ils empruntent encore cette somme ou ils demandent le remboursement de l’argent qu’ils ont versé. L’on s’interroge sur la mise en place de cette taxe : une telle mesure ne viserait pas à encourager le retour de la commercialisation des véhicules d’occasion de moins de trois ans ?”

Mourad Oulmi, P-DG de Sovac “Cette mesure va encourager l’achat des véhicules d’occasion”
“Nous demandons le report de l’application de cette loi, mais nous sommes des entreprises qui devons appliquer la réglementation. Cette mesure va engendrer une baisse du chiffre d’affaires qui entraînera une baisse de récolte de la TVA et de droits de douane. Autrement dit, l’?tat sera perdant. Car il va recevoir x DA de sommes d’argent, mais il perdra X+1 DA. Cette mesure va encourager l’achat des véhicules d’occasion vendus dans l’informel marqué par une évasion fiscale…”

M. Stéphane Galoustian, DG de Renault Algérie “Incompréhension, étonnement et attente d’une explication”
“J’exprime une réaction d’incompréhension, d’étonnement et d’attente d’une explication. Un texte de loi qui tombe un jeudi. ? la veille d’un jour férié. Nous avons passé la journée du samedi à recevoir des clients pour qui nous n’avons aucune information. Nous avons demandé audience aux pouvoirs publics depuis quelques jours. ? ce jour, pas de réponse. Nous allons faire le nécessaire auprès des pouvoirs publics pour les convaincre au moins de nous écouter…”


source : http://www.liberte-algerie.com/edit....20r%E9agissent