La mesure entrera en vigueur à compter de dimanche
Lancement prochain de prêts sans intérêts pour les agriculteurs

Un dispositif de crédits sans intérêts destiné aux agriculteurs va entrer en vigueur dés dimanche prochain en application de mesures arrêtées dans la loi de finances complémentaire 2008, a indiqué hier le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, dans un communiqué. Baptisé “Rfig” (accompagnateur), ce nouveau type de crédit est destiné à appuyer le programme de renouveau de l'économie agricole et rurale et sera octroyé par les banques conventionnées avec le ministère de l'Agriculture. Jusqu'à ce jour, les deux banques publiques : Banque de l'agriculture et du développement rural (Badr) et la Banque nationale d'Algérie (BNA) ont adhéré à ce système, selon la même source. Quant au mécanisme du crédit, il s'agira de prêts accordés pour une durée d'une année et sans aucun intérêt et seront destinés aux exploitants agricoles au sens de la loi d'orientation agricole, le paiement des intérêts étant pris en charge par le ministère de l'Agriculture. Le ministère avance que tout bénéficiaire du crédit RFIG, qui rembourse à l'échéance d'une année, ouvre droit non seulement au payement des intérêts par le ministère, mais aussi à un autre crédit de même nature pour l'année suivante. Par contre, tout bénéficiaire de ce crédit, qui ne rembourse pas à cette échéance (prorogée de six mois en cas de force majeure), perd le droit de payement des intérêts par le ministère et ne pourra bénéficier d'un nouveau crédit, avertit la même source. Les bénéficiaires, qui pourront postuler au crédit Rfig, sont les agriculteurs et éleveurs, à titre individuel ou organisés en coopératives, groupements, associations ou fédérations, unités de services agricoles, aux entreposeurs de produits agricoles de large consommation, précise la même source. Quant aux domaines couverts par ce crédit, ils portent sur l'acquisition respectivement d'intrants nécessaires à l'activité des exploitations agricoles (semences, plants, engrais, produits phytosanitaires...), d'aliments pour les animaux d'élevage (toutes espèces), de moyens d'abreuvement et de produits médicamenteux vétérinaires, de produits agricoles à entreposer dans le cadre du système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac). Ce nouveau dispositif financier est destiné également au renforcement des capacités des exploitations agricoles telles que l'amélioration du système d'irrigation (mobilisation et utilisation économe des eaux...), l'acquisition de matériels agricoles dans le cadre du crédit leasing, la construction ou la réhabilitation des infrastructures d'élevage et de stockage au niveau des exploitations agricoles et construction et installation de serres et le repeuplement ou peuplement des étables, des bergeries et des écuries. Il est à rappeler que la loi de finances complémentaire 2008 prévoit l'ouverture dans les écritures du Trésor un compte d'affectation spéciale intitulé “Fonds spécial d'appui aux éleveurs et petits exploitants agricoles” dont les dépenses portent sur la couverture totale des charges d'intérêts des éleveurs et petits exploitants, les subventions de l'?tat au développement de l'élevage et de la production agricole. Outre l'exemption des producteurs agricoles de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), au titre de la campagne agricole 2008/2009, de certains engrais et produits phytosanitaires et insecticides, la loi de finances complémentaire prévoit l'exemption des droits et taxes fixés à 7%, sur les produits chimiques et organiques importés par les fabricants de médicaments vétérinaires.

source : http://www.liberte-algerie.com/edit....20agriculteurs