Les Marocaines préfèrent les Français

Mercredi, 06 Août 2008 20:10

L’été est la saison des vacances, mais aussi des mariages. Certains et certaines viennent de loin pour convoler en justes noces au Maroc, avec des conjoints marocains. La mixité matrimoniale remonte en flèche.

C’est le ministère de la Justice qui en a fait le compte. En 2007, ce sont 116 Français qui se sont liés pour le meilleur et pour le pire avec des Marocaines. Suivent les Italiens, avec 20 mariages officiellement contractés avec des Marocaines, les Canadiens (19), les Américains (18), les Anglais (12), les Espagnols et les Allemands (9 pour chacune des deux nationalités), les Suisses (5). Ceci pour les nouveaux liens de sang du Maroc avec le nord. Avec la région arabe, les chiffres semblent être moins importants. Mais quand même, 14 Saoudiens se sont unis par les liens sacrés du mariage avec des Marocaines. Ils sont en tête dans cette catégorie. Les Egyptiens, avec 12 mariages, arrivent deuxième, suivis par les Algériens et les Emiratis, avec 7 mariages officiellement déclarés. Les Asiatiques ne sont pas en reste puisque 7 Pakistanais et 5 Indonésiens ont aussi choisi des Marocaines pour épouses. En tout, 5.664 femmes marocaines ont contracté des mariages avec des époux de 34 nationalités dont 15 arabes. Pour les Marocains qui ont préféré une étrangère pour se marier, le chiffre est moins important. Ils n’étaient que 4320 à le faire en 2007.

En somme, même dans le domaine matrimonial, la mondialisation et la globalisation ne sont pas de vains mots. Désormais, l’internet est là pour faire tomber les plus hautes des frontières. C’est ce qui fait que ces dernières années, les mariages mixtes évoluent en nombre et en genre.


En 2006, le nombre de femmes ayant préféré chercher ailleurs un bon parti était de 3.567 femmes contre 1.500 du côté des hommes. Neuf ans auparavant, les services du département de la Justice n’avaient enregistré que 950 mariages mixtes de femmes marocaines contre 614 pour les nouveaux mariés hommes.

S’il n’y avait pas les complications administratives, les visas, ces chiffres -officiels- auraient explosé et le mariage mixte banalisé. En tout cas, ce phénomène social prend, malgré tout, de l’ampleur. Cet été encore, des mariages mixtes, il y en aura certainement. C’est ce qui explique ce regain d’intérêt pour ce sujet de la part notamment d’acteurs de la société civile.


Tout récemment, à Rabat tout un séminaire a été organisé sur le sujet à l’initiative de l’Association marocaine des cadres et professionnels formés en Allemagne (MVDAFF). Comme pour prévenir les nouvelles et nouveaux prétendants, les participants ont rappelé qu’il n’y a pas que des mariages mixtes heureux. Après avoir passé en revue les difficultés d’ordre socio-culturel qui peuvent empoisonner, parfois, la vie d’un couple mixte, ils ont surtout mis l’accent sur la complexité de la situation en cas de problème, voire de divorce. Parce qu’en cette occurrence, le problème des malheureux mariés devient double. Ils sont tenus de respecter et la loi du pays étranger concerné et aussi la loi marocaine. Même si celle-ci est devenue plus flexible quant à l’attribution de la nationalité marocaine aux enfants nés de mère marocaine et de père étranger, elle ne présente pas que des avantages. En tout état de cause, le mariage reste une décision, peut-être la plus grave à prendre dans une vie. Et sur cette évidence il y a une unanimité universelle.

source : http://www.lereporter.ma/index.php?o...ret&Itemid=197